mercredi 23 décembre 2015

Vers un printemps arabe arabe ? ( comme prévu !)

Le roi Salmane d'Arabie saoudite a déclaré mercredi avoir ordonné aux autorités du royaume de lancer des réformes économiques pour diversifier les sources de revenus et réduire la dépendance vis-à-vis du pétrole après la chute des cours du brut.
Le roi a indiqué que l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, avait réalisé au cours des dernières années plusieurs méga-projets d'infrastructure et accumulé des réserves financières lorsque les prix du brut étaient élevés.
Le volume des excédents budgétaires a permis au royaume de contenir l'impact de la chute de ses recettes pétrolières, a ajouté le souverain, affirmant que les projets de développement n'avaient pas été affectés par cette chute.
Les cours du brut, dont le royaume tire plus de 90% de ses revenus publics, ont baissé de plus de 60% depuis la mi-2014 et sont tombés à 36 dollars le baril, un plus bas depuis 11 ans. En conséquence, le royaume saoudien devrait enregistrer cette année un déficit budgétaire record, estimé par le Fonds monétaire international (FMI) à quelque 130 milliards de dollars.
En 2014, l'Arabie saoudite avait accusé un déficit budgétaire de 17,5 milliards de dollars, le 2e depuis 2002.
Le FMI avait recommandé à l'Arabie saoudite et aux autres monarchies pétrolières du Golfe de réduire les dépenses, de réduire les subventions et de diversifier leurs économies.



(NB : Derrière chaque puits de pétrole de cette planète sommeille un texan...)