lundi 25 mai 2015

Le prix des choses

Je ne cesse de lire que le monde est endetté. Oui et je le dis moi même parce que la finance le dit et que tout le monde s'Inquiète. Et que patati patata...

ça dépend sur quoi sont adossées ces dettes. Sur rien si on ne doit pas les rembourser et si elles ne servent qu'à huiler le système afin qu'il perdure.

Mais alors sur quoi seraient-elles adossées si on doit les rembourser un jour ?

On attent 10 milliard d'humains sous quelques années. Combien vaut un humain ?

Les compagnies d'assurances et Google doivent avoir le chiffre. Je veux dire le chiffre exact.

On dirait, de prime abord, pas grand chose, puisqu'on tue les humains plus vite qu'ils ne deviennent adultes dans certaines zones géographiques. Mais Google le sait. Les humains n'ont pas tous le mme prix. Un charnier de Rohingas ou des milliers de morts soudanais ne font pas beaucoup plus de lignes dans nos médias qu'un fait divers familial avec 3 corps à la morgue d'un hôpital quelconque.

Il n'y a pas besoin d'être un grand climatologue-écologiste pour noter qu'il n'y a plus de vers de terre, d'abeille ou d'oiseaux, que l'eau devient impropre à la consommation voir à la baignade dans de multiples endroits de la planète, que l'air que nous respirons nous tue.

La planète qui nous fait vivre se meurt.

Bientôt que restera-t-il à monnayer puisque tout est "pricé" ? Les veaux, vaches, cochons, tous les animaux ont un prix de marché. Tous les êtres vivants végétaux et animaux ont une valeur marchande. Une valeur d'échange. En $, bien sur ! Mais ceci est un vrai détail. On peut changer les monnaies, ça ne changera pas la valeur commerciale "des choses". L'offre et la demande, le rendement, le prix de la rareté., voici ce qui fixe le prix des choses.

Les frontières sont là aussi pour créer des groupes humains de façon tout à fait virtuelle qui selon leur place géographique doivent rembourser plus que les autres.

"En vrai" les frontières sont des vues de l'esprit pour tirer le maximum de profits des deux côtés d'une ligne on ne peut plus imaginaire !

En Europe nous pouvons encore nous cacher derrière une histoire ( vraie-fausse-les deux) pour imposer une vision des frontières mais en Afrique ? Regarder une carte de l'Afrique et le contour des "pays" c'est déjà comprendre que ces histoires de frontières sont de vastes fumisteries.

Diviser le peuple de Terre, le morceller, le défaire de son territoire naturel c'est la certitude de l'affaiblir. Où sont ses alliés et ses ennemis ataviques ? Plus de repères possibles ! Ses amis appartiennent à des ennemis et inversement.

Bientôt nous naîtrons avec un prix. Comme en Inde. Un brahmane vaut davantage qu'un intouchable.

Les humains ne seront plus des humains mais des hommes ou des femmes de tels ou tels territoires avec telle ou telle couleur et donc tel ou tel prix, affiné, éventuellement par son appartenance à telle ou telle religion.

La religion n'étant pas génétique on s'en moquera un peu, faut pas rêver, mes camarades les fous religieux ! La religion est un instrument de division pas une valeur ajoutée dans l'ADN !

Les dettes qui n'existent pas divisent et assujettissent les peuples. Quand elles seront adossées à nous aussi, individus dans le collectif humain, elle seront dues par les plus faibles aux plus forts et non divisées de façon juste.

Pourquoi ? Parce que ce vieux système implacable est toujours le même. Pourquoi changerait-il ?

Il ne produit que de l'injustice et des différences de "classes" dans la perspective de dégager des bénéfices pour un groupe de plus en plus restreint. C'est pas par méchanceté, c'est juste sa logique interne.

La seule question à se poser est : quel sera mon prix ? Aurai-je droit aux avancées scientifiques et à l'éducation ou serai-je le bétail anonyme dans lequel on puisera l'énergie à moindre coût (on peut calculer sa valeur en calories.....).

Ensuite, bien sur, viendra un temps que nous ne verrons pas. Celui d'un monde plus juste qui se reconstruira à son avantage. Un autre âge d'or. Puis, tout recommencera....

Nous, nous allons vivre la barbarie jusqu'au bout. Parce que je ne vois aucun moyen d'y échapper. Diviser pour régner, raconter n'importe quoi, créer des groupes sans aucune éducation mus par la peur et l'ignorance voilà où nous en sommes. Nous aurions pu vouloir changer de système nous avons préféré nous battre pour en profiter.

Tout ceci est de notre responsabilité ! Nous sommes des choses. Et ce n'est pas la peine de pousser des cris d'orfraies ! On nous pose, on nous déplace, on nous branche, on nous débranche et nous ?

On demande gentiment un salaire, un iPhone, des vacances, un toit sur la tête rien que pour nous ! Les autres on s'en fout comme de notre première brassière en tous cas on s'en moque bien plus que de la note edf/gdf qui dort sur la table du salon....

On pourra la payer en nature assez rapidement. Enfin, pas tout le monde, non plus, faut pas
déconner !

Ça dépendra de notre propre prix sur le marché ! Visiblement, déjà, dans ce monde il y en a qui valent moins que ça. !

Je suis horrible ? Atroce ? Ignoble ? Infréquentable !

Vraiment ? Ce n'est pas vrai ce que je dis ? Si ! N'est ce pas ?!!

(C'était la Pentecôte 2015. Un plaidoyer afin que nous ne naissions pas avec une étiquette. "Satisfait ou remboursé". "Article ni repris ni échangé").