samedi 23 mai 2015

Fusion AREVA-EDF : quid des transferts de compétences ?









France : EDF prévoit de racheter l’activité réacteurs nucléaires d’Areva

EDF, sous l’amicale pression du gouvernement français qui reste actionnaire à plus de 80 % aussi bien d’Areva que d’EDF, va transférer la patate chaude d’Areva à EDF car l’État n’est pas en mesure de recapitaliser Areva sans que cela ne vienne dégrader la dette de l’État et le déficit, ce qui poserait des problèmes avec la Commission européenne.
Au final, c’est évidemment le consommateur qui va payer mais l’énergie gratuite, pour le moment, cela n’existe pas.
EDF pourrait prendre le contrôle de l’activité réacteurs nucléaires de la multinationale française, comme l’a annoncé Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF dans une interview au quotidien français Le Figaro publiée mardi.

Cette « proposition ambitieuse d’EDF respecte et préserve les compétences techniques de l’activité réacteurs d’Areva, et ouvre la voie à des alliances avec des tiers, des partenaires industriels, français ou étrangers .  

----------- : 

1) nous allons payer ( non-information puisque nous payons tout et n'importe quoi !)

2) les compétences d'EDF ( edf sur Wikipedia) lui permettent-elles de contrôler les réacteurs ? (Areva sur Wikipedia). Pas certain et historiquement faux. 

3) Areva et le CEA travaillaient ensemble sur les mêmes capitaux. 

4) EDF et le CEA, Une piste, mais finalement Pas si évident les transferts de compétences !


"Ma préoccupation en tant que ministre chargée de l'Energie c'est de constituer une filière forte du nucléaire en créant des synergies et cela, c'est très nouveau, entre EDF, Areva et le Commissariat à l'énergie atomique", a déclaré à la presse Ségolène Royal à la presse.  Source
5) en fait ce serait la Chine ( puis l'Inde) qui entrerait au Capital des deux entreprises pendant qu'Areva formerait les ingénieurs de EDF aux mécaniques des réacteurs  nucléaires ! Je rêve ! 
Le « plan Lévy » prévoit la création d’une filiale où seraient logées les activités d’Areva NP. C’est dans cette entité que des partenaires français et étrangers – notamment chinois – feraient leur entrée.
L’Etat, actionnaire à 87 % d’Areva (et à 84,5 % d’EDF), plaide depuis des mois pour le rachat de la totalité d’Areva NP, notamment pour sauver la filière nucléaire française.

Mais les dirigeants du groupe nucléaire, eux, restent hostiles à une cession de la totalité de ce pôle qui
 représente environ 40 % du chiffre d’affaires et des effectifs. Pour leur part, les syndicats d’Areva dénoncent un « démantèlement sans logique industrielle.»

Sur l’ouverture aux industriels chinois, sujet hautement sensible, le gouvernement ne souhaite toutefois visiblement pas que les actuels partenaires d’EDF et d’Areva, China National Nuclear Corporation (CNNC) et China General Nuclear (CGN), prennent dans un premier temps plus de 10 % de cette filiale.....

.....réclamera, en échange, un renforcement des coopérations et des partenariats avec la filière chinoise pour participer au développement du programme nucléaire de l’empire du Milieu, le 
premier marché au monde, et l’accompagner dans son ambitieuse politique d’exportation.

6) le transfert de compétences via le transfert des ingénieurs d'Areva vers EDF ! En dernier plan, ceci n'intéresse personneEdf pense rapatrier 1200 ingénieurs AREVA



Or ceux qui sont spécialisés dans les réacteurs via leurs accords et projets avec le CEA ce sont les ingénieurs atomistes Areva/CEA ! 


Conclusion : NOUS ( c'est à nous EDF et AREVA ) donnons les techniques à la Chine ( puis à 
l'Inde) mais les capacités de  EDF à assurer notre sécurité via la maintenance des réacteurs n'est pas du tout certaine !

Un ingénieur EDF n'est pas historiquement un ingénieur AREVA et encore moins un ingénieur atomiste du CEA ! 

La soif de l'or, la Grande Spoliation, la mise en danger des populations, l'absence de politique industrielle française, la vente des "bijoux de famille" aux capitaux étrangers, tout y est ! 

D'habitude ils ne font que nous dépouiller ! Là ils nous mettent en danger physiquement !

Financièrement, bientôt, il n'y aura plus rien....