mercredi 20 mai 2015

À force, il ne reste plus beaucoup de tabous !



Une histoire d'inceste frère-sœur.

La même histoire contée par Barbey d'Aurevilly, ( bien écrit !)

Une critique sur Libération , qui nous dit :

"C’est un conte qui, comme tout imaginaire, nous dit autre chose. Oui, l’amour est possible. Peu importe comment il est et à quoi il ressemble."

Hum, hum.... Oui, c'est beau l'amour... Mais, bon... Ok. Go ! L'inceste ça arrive, c'est quelque chose de connu et d'interdit parce que c'est connu ! L'inceste et œdipe , mythe fondateur, aussi pour préserver l'espèce. Relire Lévy Strauss., Freud et les autres.

Et l'an prochain on attaque quoi ? Je ne sais pas ... La sodomie chez les diptères, le plaisir de l'anthropophagie, la nouveauté dans les snuff movies, changer de sexe deux fois et rester marié(e), une aventure à quatre chez 6 hermaphrodites ( film policier), comment épouser sa grand mère ( dans la série "un certain regard") .

Voyez-vous, tout ceci n'est pas neuf.. Pour ceux qui sont curieux, une lecture de Jean Genet qui exalte la perversion, lemal, l'homosexualité et l'érotisme, à travers la célébration de personnages ambivalents s'impose !  Voir J.Genet sur Wikipedia

On n'étudie pas Genet à l'école et peut être est-ce dommage mais "on" s'en garde bien ! Par contre faire un film sur un inceste, on fait ! Genet c'est une autre pointure ! !

Oui, l'humain peut aimer tout et n'importe quoi ! Y compris lui même dans un narcissisme destructeur. Un film sur Narcisse ? 

Le seul tabou qui reste aux occidentaux est le meurtre gratuit et le plaisir afférent. C'est à peu prêt tout ce que je vois. Cannes 2016 ? Pourquoi pas ! 

-------------
Extrait de "Notre Dame des Fleurs". Jean Genet ( que j'aime tendrement ). Il ne s'agit que d'hommes. Et Genet n'est pas réductible à ces passages. 

"Tâche de reconnaître le pointillé"

J’ai lu d’émouvantes lettres, bourrées de merveilleuses trouvailles, de désespoir, d’espoirs, de chants ; et d’autres plus sévères. J’en choisis une, qui sera cette lettre que Mignon écrivit à Divine, de la prison :
"Ma chérie,
Je t’envoie cette petite lettre, afin de te donner de mes nouvelles, qui ne sont pas bonnes. J’ai été arrêté pour vol. Tâche donc de voir un avocat pour qu’il me défende. Arrange-toi pour le payer. Et arrange-toi aussi pour m’envoyer un mandat, car ici tu sais comme on la pète. Tâche aussi d’avoir un permis pour venir me voir et m’apporter du linge. Mets-moi le pyjama de soie bleue et blanche. Et des maillots de corps. Ma chérie, je suis bien fâché de ce qui m’arrive. Je n’ai pas de pot, reconnais-le. Aussi je compte sur toi pour m’assister. Je voudrais bien pouvoir t’avoir dans mes bras pour te caresser et te serrer bien fort. Rappelle-toi le plaisir qu’on avait. Tâche de reconnaître le pointillé. Et embrasse-le. Reçois, ma chérie, mille bons baisers de ton Mignon."
Ce pointillé dont parle Mignon, c’est la silhouette de sa queue. J’ai vu un mac bandant en écrivant à sa môme, sur son papier sur la table poser sa bite lourde et en tracer les contours. Je veux que ce trait serve à dessiner Mignon.
Prison de Fresnes, 1942.
Jean GenetNotre-Dame-des-Fleurs