jeudi 26 mars 2015

Tempête Décisive

Brent crude oil price surged $3 in Asian trading on Thursday after Saudi Arabia and its Gulf Arab allies began a military operation in Yemen, although Asian importers said they were not immediately worried about supply disruptions.

L'AS et tous ses alliés ont attaqué le Yémen. Le prix du pétrole a augmenté de 3$ immédiatement. 

L'Iran condamne l'intervention militaire lancée contre les rebelles Houthis, dénonçant une "démarche dangereuse". Derrière l'Iran, la Russie et possiblement la Chine. 

Mise à jour de 9h40 : la Russie demande l'arrêt immédiat des frappes sur le Yémen .

( vous avez bien dit : " Tempête Décisive" ? ) 

On jette un œil sur la géographie et on trouve.... Le détroit d'Ormuz :

Le détroit d'Ormuz est un détroit reliant le golfe Persique au golfe d'Oman qui doit son nom à l'île d'Ormuzsituée au sud-est de Bandar Abbas. Les pays frontaliers sont l'Iran au nord, lesultanat d'Oman et les Émirats arabes unis au sud (péninsule arabique).
Long de 63 km et large de 40 km, le détroit d'entrée du golfe Persique a une importance stratégique décisive : il constitue, en effet, une voie commerciale essentielle du trafic international, empruntée par plus de 30 % du commerce mondial de pétrole. Outre les Émirats arabes unis et l'Iran, le détroit commande l'accès à d'autres pays producteurs d'hydrocarbures aussi importants que l'Arabie saoudite, le Koweït, le QatarBahreïn et l'Irak. Selon le département américain de l'Énergie, environ 2 400 pétroliers y transitent chaque année, pour un volume d'environ 17 millions de barils de pétrole par jour. Plus sur Wikipedia





Outre l'Egypte, le Soudan, la Jordanie et le Maroc, le Pakistan souhaiterait lui aussi rejoindre la coalition  dans l'opération "TempêteDécisive".
La coalition TempêteDécisive regrouperait KSA, Turquie, Egypte, Soudan, Jordanie, Bahreïn, Qatar, Emirats Arabes Unis, Koweït et Maroc.

une source saoudienne évoque la participation de l'Algérie à cette coalition. coalition  de Tempête Décisive ..( quel nom !) .

MAIS : Le Yémen c'est aussi la Russie, l'Iran et la Chine ! Hum, hum....

IRIB- Selon le "Wall Street Journal", Ansarallah cherche à établir
des liens avec le triangle Russie/Chine/Iran. "Alors que les pays occidentaux et l'Arabie saoudite soutiennent le gouvernement de Hadi, Ansarallah fait tout, pour étendre ses relations avec la Chine, la Russie et l'Iran, façon, pour lui, de neutraliser l'appui apporté, par l'Occident et l'Arabie saoudite, au président démissionnaire. C'est en ce sens que les représentants du mouvement houthi se sont rendus, à Téhéran, pour demander aux Iraniens de leur procurer de la matière fossile, de l'essence. Une autre délégation d'Ansarallah est allée, en Russie, pour investir dans des projets énergetiques. Selon deux des cadres d'Ansarallah, une nouvelle délégation est attendue, dans les semaines à venir, en Chine, pour s'assurer du soutien de Pékin. Ces démarches d'Ansarallah interviennent, alors que la France, la Turquie et l'Arabie saoudite ont déplacé leur ambassade de Sanaa à Aden, façon de retirer toute légitimité à Ansarallah. "Le journal revient, ensuite, sur les récents propos de l'un des dirigeants du mouvement, diffusé sur la TV nationale, et écrit : "Un complot se trame contre le Sud du Yémen. Ansarallah soutient les populations du Sud, car il ne veut pas que le Sud du Yémen tombe entre les mains d'Al-Qaïda. Quiconque veut coopérer avec l'Arabie saoudite et le Qatar, dans le sens d'un démembrement du Yémen, une libysation de notre pays est condamné à l'échec. Il existe, en effet, des Etats qui respectent le peuple yéménite et avec qui le Yémen peut établir des liens, sans perdre sa dignité. Dans le monde, il existe des remplaçants, pour servir nos intérêts, infiniment, meilleurs que l'Arabie saoudite et les Etats Unis". Le journal souligne, par la suite, "la multiplication des liens entre Ansarallah et l'Iran, l'établissement d'une ligne aérienne commerciale entre les deux parties et les invitations faites à l'Iran, pour participer aux projets énergétiques yémenites, dans les provinces d'Al-Jouf, Sadaa, sur les frontières saoudiennes". Ansarallah demande à l'Iran d'investir, au Yémen, puisque la RII "a les capacités d'investir au Yémen.Lles sanctions régionales et occidentales ne peuvent pas ligoter nos mains. Elles ne font que nous encourager à varier nos liens, nos contacts et nos partenaires". Est-ce une ingérence, de la part de l'Iran, que de vouloir entretenir des relations commerciales avec le Yémen? Le journal répond : "L'Iran a annoncé s'opposer à toute forme d'ingérence".  Source

On sent bien le schisme chiites Vs sunnites, là ! Source

Retour des chiites sur la scène yéménite

La prise de Sanaa par la rébellion houthiste le 21 septembre dernier met fin à la domination des Frères musulmans et de leurs alliés tribaux sur le système politique né du soulèvement révolutionnaire de 2011. La chute soudaine de la capitale yéménite aux mains d’un mouvement d’obédience chiite, sans grande résistance de l’armée, représente pour beaucoup une surprise et génère des interprétations contradictoires.



Ci- dessous le ministre des armées saoudien au boulot ! Et Sanaa, classée au patrimoine mondial.