samedi 21 mars 2015

Le sphincter, un muscle à séduire.

«Tout est transcendé, transversal. Le fist est l’avènement d’une nouvelle grammaire sexuelle. C’est la pénétration de l’âme par le poing. 



Si chez les femmes et les homosexuels, la capacité de se faire pénétrer est en quelque sorte acquise, cela demande peut-être plus de travail chez les hommes hétéros. Pour eux, l’anus est souvent un terrain de jeu inconnu, moins exploré voire détesté. Pourtant, l’homme est certes phallique, mais il est aussi prostatique et anal.»

«C’est une résistance au pouvoir phallique, à cette fonction symbolique qui assigne une place active ou passive. Le fist crée un rapport d’égalité entre les partenaires. Il y a une confiance mutuelle totale, un abandon de la part du fisté qui ouvre son corps au fisteur. Cela demande une grande attention, de l’échange et de la communication. C’est le fisté qui guide la main.»

L’exploration au poing nécessite en effet tact et doigté. La main s’aventure en profondeur et visite des zones ultra fragiles comme l’intestin, dont les parois sont aussi fines que du papier cigarette. Pour être sans danger, le fist s’inscrit donc dans la durée, patient et explorateur, à l’opposé d'un quicky expédié en deux temps trois mouvements.
Quant au plaisir, le corps exulterait dans son ensemble, une extase globale au-delà de la jouissance des sexes. Ils sont d’ailleurs souvent hors-jeux érotiques quand la main invasive tient le premier rôle de l’attention corporelle. Marco Vidal emporte sa plume pour croquer ce plaisir organique de l’investigateur anal:
«Le bouillonnement des parois artérielles, tendues comme par une érection, accélère sous la caresse le débit de cette verge au jet ininterrompu. L’orgasme de feu et de sang de cette masturbation rectale n’a rien de comparable aux maigres gouttes de lait soutirées au pénis au comble du plaisir. La vie ne fuit plus hors d’elle-même, elle court, ivre d’un bonheur fou, vers un cœur qui bande toujours, toujours plus fort, et vient prendre à la caresse intérieure qui le branle un plaisir sans degré et sans fin.»