mardi 17 février 2015

Sans retraite et vieux, c'est dur !

Vite profitons en ! 
le Medef a détaillé mardi ses pistes pour rééquilibrer à l'horizon 2020 les régimes de retraite complémentaire Agirc-Arrco.
En voici les principales:
- Report de l'âge
"Une partie clé de la solution" repose dans le report de l'âge effectif de la liquidation, selon le patronat qui ne touche pas pour autant aux bornes d'âge actuelles (62 ans pour l'âge légal et 67 ans pour le taux plein).
Le Medef propose des décotes qui entreraient en vigueur à partir de la génération 1957 (âgée de 62 ans en 2019). Concrètement, le salarié qui partirait à la retraite à 62 ans en ayant rempli les conditions pour toucher sa retraite de base, ne toucherait qu'une retraite complémentaire amputée, et ce jusqu'à 67 ans.
"Le taux d'abattement diminuera d'année en année, pour chaque retraité concerné" jusqu'à ses 67 ans.
Le patronat veut ainsi "inciter les gens qui seraient en capacité de prendre leur retraite de prolonger leur activité", tout en "laissant le choix de la date de liquidation", a expliqué Claude Tendil, négociateur pour le Medef.
- Nouvelles règles pour les réversions
La délégation patronale proposera pour les couples de retraités mariés la possibilité de maintenir à 60% le taux actuel de réversion après le décès d'un conjoint, à une condition: le premier du couple à partir à la retraite devra accepter de ne percevoir de son vivant qu'une retraite complémentaire minorée.
Si le retraité refuse cette option, il pourra conserver la totalité de sa pension complémentaire. Dans ce cas, sa veuve (ou son veuf) touchera une pension de réversion à un taux inférieur à 60%, "par exemple 40%", selon Claude Tendil.
"La situation des femmes il y a 20 ans n'est pas ce que sera la situation des femmes dans 30 ans", et les femmes vivent plus longtemps, a fait valoir M. Tendil pour justifier cette proposition qui irrite les syndicats.
A l'Arrco, 1,29 million de personnes perçoivent une pension de réversion, 1,6 million cumulent une retraite directe et une pension de réversion.
A l'Agirc, 520.000 touchent une pension de réversion, et 82.000 une pension directe et indirecte.
- Pensions:
Le Medef ne retient pas l'orientation d'"une baisse importante et pérenne du niveau des pensions", ni la sous-indexation (par rapport à l'inflation) déjà en vigueur depuis 2013 et à l'impact limité.
En revanche, "il faudra peut-être imaginer un gel temporaire des pensions jusqu'à ce qu'on se rapproche de l'équilibre technique des régimes", selon M. Tendil. Ce gel s'étendrait sur trois ans à compter de 2016, "sauf reprise significative de l'inflation".