vendredi 19 décembre 2014

L'unité des peuples ou les guerres pour les restes

Ce n'est pas la fin du pétrole car il en reste beaucoup dans le sol. En revanche, nous sommes déjà confrontés à la fin du pétrole suffisamment abondant ET bon marchépour que l'économie mondiale puisse continuer à se développer comme elle l'a fait pendant les 60 dernières années. Pour s'en rendre compte, il suffit de regarder ce qui se passe au niveau des prix, des découvertes de gisements et de l'état de l'économie mondiale. Je vous invite à lire mon dernier article qui explique que nous sommes entrés dans un nouveau cycle de croissance/récession qui indique que la production pétrolière et l'économie plafonnent. Ce n'est donc pas la fin du pétrole, mais la fin d'une ère qui a donné l'illusion d'un monde sans limites.
D'après les travaux que j'ai menés pour le Parlement Européen, il reste environ 1500 milliards de barils dans les réserves probables (2P), c'est-à-dire avec une probabilité d'être exploitées supérieure à 50%. Ce chiffre est très imprécis car les incertitudes sont nombreuses et la seule chose qui soit certaine, c'est que les chiffres officiels sont faux car ils sont stratégiques ou politiques. Il faut donc décrypter en permanence les discours officiels pour avoir des estimations, malgré tout incertaines. Sur ces 1500 milliards de barils, le pétrole extra-lourd en représente 500 milliards, soit le tiers du pétrole exploitable, or on sait que c'est aujourd'hui l'un des pétroles les plus coûteux et les plus polluants du monde. Je rappelle ici que l'augmentation des réserves annoncée dans les médias est essentiellement constituée de gisements connus depuis très longtemps mais qui n'étaient pas considéré comme exploitables (notamment les sables bitumineux). Dans les faits, on découvre chaque année 3 fois moins de pétrole que ce que l'on consomme. On peut penser que ces 1500 milliards sont potentiellement exploitables à un prix de vente de 100$ le baril, mais le problème ce n'est pas le stock mais bien la capacité de production. Celle-ci va fortement ralentir et les pollutions augmenter car ces hydrocarbures sont de plus en plus difficiles à exploiter. Quant à l'énergie nette qui restera vraiment disponible pour la société, alors là ce sera encore plus brutal.

Aucun des progrès réalisé dans le domaine de l'énergie n'a vraiment permis de faire mieux que le pétrole à ses débuts. A l'époque, 1 baril investi permettait d'en récupérer une centaine. Aujourd'hui, on sait faire plein de choses techniquement, y compris faire du pétrole avec tout et n'importe quoi (charbon, bois, algues, paille, maïs, gaz, etc.), mais le rendement énergétique ne cesse de diminuer. Le taux de retour énergétique (ERoEI) diminue constamment et rien n'indique que cela pourrait changer. Pour résumer, même si la technologie permet de diversifier les énergies, aucune ne permet de remplacer les énergies fossiles conventionnelles en termes d'usage, de prix, de qualité, de quantité et de rentabilité énergétique. Le passage à l'ère des renouvelables imposera une division par deux ou par trois de la consommation d'énergie par habitant des pays industrialisés, ce qui signifie un changement radical des modes de vie.

L'urgence absolue, c'est d'informer. Il faut expliquer à tout le monde que nous n'avons pas un siècle de tranquillité avec le pétrole mais qu'avant 2020 nous devrons faire face à des perturbations majeures : énergie, climat, biodiversité, eau potable, ressources minérales, stérilité et érosion des terres arables, etc. Si nous ne faisons pas cette information essentielle, alors le peuple cherchera des boucs émissaires responsables de tous nos problèmes, à la manière de certains partis politiques ou groupuscules haineux et violents par essence.

Benoit Thévard sur son blog " un avenir sans pétrole" ! 

Pourquoi sommes nous désunis pour faire face à l'adversité que nous avons commencé à vivre depuis 2008 ? 
Nous n'avons absolument aucun intérêt à cette division car il faudra partager les restes.

À moins que.... Les " manques" diffèrent selon les régions et les peuples ? Certains manquant plus que d'autres ? Non! ? Est- ce bien raisonnable ?

À moins que... Certains ne veuillent nous lancer dans les guerres pour les restes ? Non! ? Vraiment ?! Est ce possible ?!!