vendredi 7 novembre 2014

larmes de plantes


Intentionnellement ou accidentellement - par le transport, le commerce ou le tourisme - l'action humaine a introduit des espèces dans des habitats qui ne sont pas les leurs, les transformant en envahisseurs. Ces espèces invasives menacent désormais de détruire la faune et la flore autochtones.
«Quand la biodiversité se perd, on perd un patrimoine génétique», nécessaire pour nous alimenter ou développer des médicaments.

- Une plante ne pleure pas -

 Ces espèces voyagent dans les cales des navires, dans les vêtements, les chaussures ou même les estomacs de personnes se déplaçant puis prolifèrent en profitant de l'absence de prédateurs naturels.
Elles croissent, répandent de nouvelles maladies puis se convertissent en aliment pour d'autres animaux, qui voient leur régime alimentaire se modifier. Peu à peu, elles altèrent l'équilibre des écosystèmes et dans les pires des cas, éliminent d'autres espèces.dénicher une plante qui nous plaît et la rapporter à la maison pour la mettre dans le jardin peut être le début d'une catastrophe écologique.
«Quand on élimine une plante, ça n'est pas grave, parce qu'une plante ne pleure pas», explique Fabian Jaksic, zoologiste à l'Université catholique du Chili.

source 
disparition des espèces et population mondiale (heu...) :

(2010)