lundi 18 août 2014

Sécurité nucléaire et religion


Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne décidera fin août, lors d’une audience collégiale, de redonner ou non à un ingénieur musulman son autorisation d’accès aux centrales nucléaires, après un avis défavorable de la préfecture de l’Aube, a indiqué lundi son avocat. L’ingénieur de 29 ans, employé depuis 2012 par une société sous-traitante d’EDF, conteste devant la justice administrative une décision de la direction de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (Aube) de lui interdire de travailler sur le site, après une enquête couverte par le secret défense.

http://live.lesechos.fr/19/0203708374719.php