mercredi 25 juin 2014

un Monde sans Etat


 vu déjà deux fois sur ce blog, dont une fois ce matin en "version courte" 
mais essentiel !

L'opacité des débats sur le traité transatlantique (TAFTA ou TTIP, on en parlait ici et ) vous a choqué ? Attendez un peu de voir son petit frère : TiSA, que présente Bastamag. Derrière cet acronyme se cache le Trade in Services Agreement, ou Accord sur le commerce des services (ACS) : un accord commercial actuellement négocié sur la libéralisation du marché des services à l'échelle mondiale.

Les 50 pays qui négocient TiSA représentent 70% des échanges mondiaux de service

 Pour la fédération syndicale de l'Internationale des Services Publics (ISP), TiSA s’inscrit ainsi "dans cette nouvelle vague inquiétante d’accords commerciaux et d’investissement, reposant sur des pouvoirs juridiquement contraignants qui institutionnalisent les droits des investisseurs et interdisent toute intervention des États dans un large éventail de secteurs indirectement liés au commerce". L'ISP s'inquiète notamment des clauses de "statu quo" et "d'effet de cliquet" qui interdiraient de fait le rétablissement de monopoles publics (comme la remunicipalisation d'un service d'eau par exemple), rendant donc "pérenne et irréversible un système de privatisations pour toutes les générations à venir". Autre point noir, "l'obligation de neutralité économique" qui obligerait à accorder les mêmes subventions aux services publics qu'au secteur privé. Pire : les pays envisagent que l'accord s'appliquerait par défaut à tous les services, sauf ceux explicitement exclus au moment de la signature.


La semaine dernière, Wikileaks a toutefois permis d'en savoir un peu plus, en publiant une annexe de cet accord. Son principal enseignement est que TiSA engloberait les services financiers, empêchant de fait leur régulation. Surtout, le secret de l'accord est entièrement assumé : l'annexe est classée confidentielle pour une durée de cinq ans et doit être "conservée dans un bâtiment, une pièce ou un contenant verrouillé ou sécurisé".
Bien entendu ce secret ne concerne que le grand public : les lobbys de l'industrie des services ont activement participé au round de négociation d'avril 2014, comme ils l'indiquent dans un communiqué.

source

un monde voulu par les fous furieux qui le dirigent et nous spolient de tout, de l'eau, de la terre et de l'air que nous respirons. 

pourquoi "en secret" ? c'est qui ces gens pour aller discuter "en secret" avec notre argent de notre vie et de celle de nos enfants ?

mais ça suffit !!!! non seulement je pense qu'ils payent grassement les politiques "démocratiquement élus" mais en plus je deviens quasiment certaine qu'ils les terrorisent !

oui ! qu'ils les terrorisent ! "il faut terroriser les terroristes" disait Pasqua et tout le monde riait mais, finalement, après réflexion....