lundi 28 avril 2014

Siemens rachète Alstom, puis EDF. la Grande Spoliation en voie d'achèvement

 avant tout : ce matin le Pays nommé "La France" est Vendu ! définitivement.





Siemens : Le groupe allemand propose, lui aussi, de reprendre l'activité énergie d'Alstom, contre une somme en cash. De plus, il offre au groupe français, en complément du paiement, la moitié de sa branche transports, qui regroupe les trains à grande vitesse et les locomotives, mais pas les rames de métro. Cela permettrait d'étoffer le pôle transport d'Alstom, connu pour le TGV.

source 

Une alternative à la proposition de l'Américain General Electric, qui a déposé une offre de rachat de la branche énergie d'Alstom pour une dizaine de milliards d'euros.

petit rappel à l'attention des plus jeunes :
 
Siemens est un groupe international d’origine allemande spécialisé dans les hautes technologies et présent dans les secteurs de l’industrie, de l’énergie et de la santé. Il a été fondé en 1847 par Werner von Siemens. Le groupe, dont le siège est à Munich, est le premier employeur privé d'Allemagne.


Dans le cadre du projet nazi de « l'extermination par le travail », Siemens employait de la main d'œuvre puisée parmi les déportés. Elle possédait une usine au sein même du camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz (Auschwitz-Birkenau).
Durant la seconde guerre mondiale l'entreprise Siemens située dans la ville de Graz en Autriche s'appellait SIMMERING GRAZ PACKER A.G. elle employait les prisonniers de guerre Français que le gouvernement de Vichy fournissait aux Nazis pour le travail dans les usines , usines dont les travailleurs Allemands étaient sur le front Russe .


Fin 2010, le groupe Siemens emploie 405 000 salariés à travers le monde. Présent dans 190 pays, il réalise un chiffre d’affaires de 75,978 milliards d’euros.
En , Siemens vend sa filiale Siemens IT Solutions and Services (SIS) à la SSII française Atos Origin pour 850 millions d'euros, et crée la plus importante SSII d'Europe dont Siemens détient 15 %
 Siemens annonce en la cession de sa part de 34 % dans le capital d'Areva NP, filiale du fabricant de centrales électriques nucléaires français Areva. Cette participation était issue du rapprochement des activités nucléaires de l'allemand avec Framatome en janvier 2001.

 Cette transaction ouvre la voie à Siemens pour une nouvelle coopération dans les centrales nucléaires, cette fois avec le russe Rosatom. 
source


 ---------------------------------------------

MAIS, me direz vous, qui est cette "Atos Origin" ? ceci :

 Atos est l'un des dix plus grands acteurs des SSII au niveau mondial avec un chiffre d'affaires annuel de 8,8 milliards d'euros et 77 105 collaborateurs dans 47 pays dont la France où elle est le leader du paiement sécurisé en ligne pour les entreprisessource


  • 2001 : le groupe de services pétroliers Schlumberger déjà présent dans les services informatiques dans le domaine de l'énergie, acquiert pour 5,2 milliards de dollars Sema Group, en espérant dégager de fortes synergies et intégrer Sema dans un large éventails de services. Le groupe prend le nom de SchlumbergerSema. La nouvelle entreprise compte alors 31 000 employés dans le monde et possède alors la 6e place des SSII en France.
  • 2002 : SchlumbergerSema cède ses activités de systèmes informatiques pour la défense (Sema GmbH et Sema Computer Systems GmbH) à Thales.

  •  : annonce de l'acquisition de Siemens IT Solutions and Services, pour 850 millions d'euros financés pour 414 M€ en actions, 186 M€ en numéraire et 250 M€ en obligations convertibles en actions. À l'issue de cette acquisition, Atos Origin deviendra le leader européen du service informatique en termes de chiffre d'affaires et le 7e au niveau international11.
  •  : annonce d'un partenariat entre Microsoft et Atos qui débutera dès 2012. Ceci permettra de proposer aux administrations et organisations du service public français les produits Office 365 (de Microsoft) en mode Software as a service .


La société Santeos, filiale d'Atos Worldline a été chargée en 2004 de mettre en place le dossier médical personnel (DMP). Elle est mise en cause dans l'échec avéré du programme. La Cour des comptes, critiquant en 2012 le pilotage « défaillant » du développement du DMP par l'État, a avancé un coût de 210 M€ dans un rapport publié en 2013.

Selon un document interne du Conseil national de la qualité et de la coordination des soins, chargé d’arbitrer les financements destinés à l’amélioration de la médecine de ville, 500 M€ ont été versés depuis 2004, les fonds provenant en grande partie de l’assurance maladie. 

Or, seuls 418 011 dossiers ont été ouverts au 2 janvier 2014, pour un coût moyen de 1 300 € par dossier, soit dix fois plus que prévu initialement.

---------------------------------------
on retrouve Siemens  dans l'armement, la santé, le fichage  des consommateurs, les transports.

Siemens, c'est notre quotidien. notre vie de consommateur, notre lien avec le monde, notre SANTÉ !

pourquoi la France vend-elle Alstom ? Alstom n'est que la partie visible d'une concentration de Kapital qui nous dépasse individuellement et qui a débuté il y a bien longtemps.

notons aussi que Siemens "fait affaire" avec la Russie. intéressant pour ceux qui pensent que la notion d'état-nation existe encore. 

à part pour nous qui payons encore les timbres fiscaux sur nos passeports, plus aucun pays n'est réellement indépendant.

nos comptes en banque appartiennent davantage à Siemens qu'à nous même. si Siemens décident de couper les réseaux informatiques, nos petites économies disparaissent.

la dictature du Kapital est là. bien là ! invisible mais Réelle !

espérons que Siemens n'a aucun intérêt à nous "rayer des listes" de la sécu.....

;0) 

encore une source d'un mic-mac bien logique ! 

pour finir, je dirais : laissons aller !

dans la concentration du Kapital présente, (qui correspond pour nous, majoritairement à "La Grande Spoliation") gardons en tête que dans ce jeu, certains gagnent, d'autres perdent.

ce qui peut se passer, c'est la "Colère du Perdant" ! évidemment nous n'avons aucun moyen de savoir qui est mécontent du partage. les chiffres sont faux et les transactions opaques.

mais, on sait au moins ceci :
 
 Expliquer les difficultés d'Alstom par le coût du travail en France est un foutage de gueule qui a peu d'équivalent



Dans un courrier adressé au PDG d’Alstom auquel « Les Echos » ont eu accès , le PDG de Siemens, Joe Kaeser, qui demande d’entrer en discussion immédiatement, estime que la branche énergie vaut 10 à 11 milliards d’euros net. L’Allemagne ayant annoncé sa sortie du nucléaire, Siemens propose que le siège de cette activité reste en France et réfléchit au meilleur mode de contrôle possible (« carve out »). Il garantit zéro licenciement pendant au moins trois ans et pas de vente d’actifs.
Alstom est de fait un fournisseur important d’EDF et Areva – le groupe doit réaliser des turbines pour les deux futurs EPR britanniques. Mais EDF, engagé dans une politique de diversification, est également en contrat avec GE pour diverses centrales. source

au revoir, EDF !!!!.......