vendredi 27 décembre 2013

l'horreur de ces jours-ci

en Centrafrique c'est le chaos, une source parmi bien d'autres.
mais qu'allions nous faire dans cette galère ?
nous le savons. pourquoi les grandes entreprises ne payent plus "Blackwater" ?
parce que les armées démocratiques sont payées par nos impôts.
c'est moins cher !

une pensée pour les soldats embourbés.

Les chiffres du chômage du mois de novembre, publiés jeudi 26 décembre, sont mauvais (hausse de 17 800 demandeurs d'emploi de catégorie A), et annulent quasiment la baisse amorcée en octobre (– 20 500). ici

j'ai appris que nous étions vieux à 45 ans, via Pôle Emploi.

en maison de retraite à 46 ans ? 

les piranhas mangent les baigneurs, simplement

parce qu'ils n'ont plus rien à manger....

Maldives.

 mon ordinateur ne veut plus ! un autre ? pas le courage d'aller acheter une machine magique dans la cohue...mais je pense avoir un malware et mon anti-virus ne fait pas face.

il faut faire des économies dans le budget ? on remplace les enseignants par les robots. lire
 on peut aussi faire des spectacles avec des robots danseurs et musiciens. 
lire ici

tout ici sur le pourquoi du comment la France aura mal à sa facture énergétique 

bref, on fait quoi ?
il n'y a plus de "vie privée" sur le net. nous le savons. la caméra de notre ordinateur est un formidable espion.
il n'y a plus d'eau. 


 
Cette tête d'épingle a moins de 60 km de diamètre. Elle contient toute l'eau douce aisément disponible pour la vie terrestre. C'est dans cette minuscule réserve que 7 milliards d'hommes puisent pour boire, irriguer leurs cultures, abreuver leurs animaux d'élevage, faire tourner leurs usines, alimenter leurs centrales électriques, etc. Et, si on met Homo sapiens de côté, quantité d'autres organismes vivants en dépendent aussi. source

il n'y a plus de sols fertiles pour planter ou semer.

enfin, si mais pas pour 7 milliards.

et voilà pourquoi j'ai un super malware.....

à force de dire des horreurs....
je pense à vous et à la vie en général.

que faire ? je ne sais pas que ce soit individuellement ou collectivement.