mardi 10 décembre 2013

le détail centrafricain, la Chine

Dans les années 1960, un gisement d'uranium a été découvert à Bakouma par le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), dont la capacité est estimée à 32 000 tonnes. En 2006, la société UraMin a développé un projet de mine d'uranium à Bakouma dont elle détient 90 % des parts. Les 10 % restants ont été apportés par le gouvernement centrafricain. Une convention minière a été signée, garantissant au projet des taxes fixes pendant 25 ans. Fin octobre 2011, le directeur de la branche minière d'Areva, Sébastien de Montessus, s'est rendu à Bangui pour informer le président de Centrafrique, François Bozizé, du gel du projet de la mine d'uranium de Bakouma en raison de problème de rentabilité du site dont le bilan présente des pertes.
En juin 2012, des rebelles non identifiés ont attaqué une partie du gisement d'uranium de Bakouma, propriété d'Areva via sa filiale UraMin. Selon les autorités centrafricaines, cet assaut n'a provoqué aucune victime mais seulement quelques dégâts matériels. source

il a fallu que la société URAMINES actionnaire majoritaire dans l’exploitation de l’uranium de BAKOUMA (plus de 93% des parts) cède pourtant régulièrement ses droits à la société nucléaire AREVA, pour que le pouvoir crie au scandale, estimant qu’il n’en a pas été informé, oubliant du coup qu’il n’a lui-même jamais informé le peuple centrafricain de ce dossier. source

source 3


25.06.2012:
 C'est la deuxième fois en deux ans que le groupe Areva est attaqué en Afrique. Après la prise d'otages de 2010 au Niger, des rebelles armés ont pris d'assaut dimanche un autre site du géant français du nucléaire, cette fois près du gisement d'uranium de Bakouma, dans le sud-est de la Centrafrique. source

avril 2010 :

 La participation des autorités centrafricaines à la réunion de Téhéran confirme en outre certaines informations qui circulent depuis déjà quelque temps dans les milieux des services secrets de certains pays  qui ont beaucoup à redouter de l’obtention par l’Iran d’une bombinette nucléaire, faisant état de l’existence d’un axe Bangui-Caracas-Téhéran-Pyong-Yang pour le trafic d’uranium. Une chose est sûre, le très corrompu ministre des mines de Bozizé, Sylvain Ndoutingai a séjourné dernièrement à deux reprises à Caracas au Venezuela de Hugo Chavez après que Bozizé lui-même ait aussi participé au Venezuela en septembre 2009, au sommet Afrique-Amérique latine sur invitation du même Hugo Chavez. Il n’a sans doute pas seulement été question que de pétrole entre Bozizé et Chavez. Si le second a les moyens de faire face aux menaces de représailles des grands, le retour du bâton pourrait être douloureux pour le premier.
 source

le site d'Areva. en rouge.

et la cerise sur le gâteau : la Chine ! depuis 2008


le gouvernement chinois s’intéresse-t-il sans trop le dissimuler aux ressources naturelles de la Centrafrique et en premier lieu au pétrole du nord, à la frontière tchadienne. Un sujet au cœur de la rencontre du président Bozizé et du Premier ministre chinois Hu Jintao à Pékin, le 15 octobre, qui s’est conclue par un accord de coopération de 776 millions de francs CFA (1,2 million d’euros), puis par l’annonce d’une succession de nouveaux prêts, de formations, de don de matériel. Bref : toute la panoplie d’une coopération «volontaire» en Afrique.

 source

ce matin, les français bénéficient de l'aide des américains.

en clair, le monde de la finance et des mines est réuni à Bangui. regardons. ce que nous pouvons voir...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Modération.


------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.