samedi 14 décembre 2013

carte du stress hydrique

Une étude, publiée le 12 décembre par le World Resources Institute (WRI), révèle que 37 pays dans le monde connaissent un stress hydrique extrêmement élevé. Ce qui pourrait accentuer les tensions régionales, notamment dans le bassin méditerranéen, où la pression sur la ressource s’accentue.

source

8 commentaires:

  1. J'en ai un peu marre de cet alarmisme.

    Je trouve que l'identité de Wendy, réelle ou fabriquée, est intéressante, et ne devrait pas s'arrêter à un pessimisme perpétuel. Son esprit d'analyse et son humour sont rafraichissants, mais pourquoi ne nous montre-t-elle pas l'autre côté de la balance ?

    La, misère, à force de la voir et de l'entendre, on finit par la fabriquer, alors que quand on sort sa tête du nuage (internet?) et qu'on va faire un tour dans la nature, eh ben elle est toujours là ! Elle est belle, et il y' a des gens qui continuent de vivre comme ils ont toujours vécu, près d'elle et près du coeur du monde qui va bien mieux que ce que tous ces tableaux préfabriqués essaient de nous faire croire.

    Je ne vois pas comment le long de la cordillère des Andes ou de l' Himalaya on pourrait manquer d'eau, à part en faisant exprès de ne rien faire.

    Sinon j'adore ce blog, vraiment, merci beaucoup.

    RépondreSupprimer
  2. Il y a des blogs ou on se tape sur le ventre et ou sont exposées toutes les joies de ce monde !

    Il manquera d'eau parce que toute l'eau sera polluée, parce que les millions de tonnes de PVC jetés dans les rivières, les fleuves, les océans, se transforment en nano-particules, s'élèvent avec l'évaporation et retombent, même sur l'Himalaya ou la Cordillère des Andes. Et l'eau n'est qu'un des multiples problèmes que vont rencontrer les populations dans les années à venir.
    Alors tu peux regarder les fleurs des champs, les oiseaux et les couchés de soleil, tu peux partager l'insouciance de ceux qui pensent que tout va continuer parce qu'il y à si longtemps que ça tourne, trouver que "c'est rien que du bonheur", il n'empêche qu'il y a toujours un moment ou le réveil sonne. Certains savent qu'il va sonner, d'autres espère que le jour se lèvera plus tard, juste un peu..........

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. certains voudrait pouvoir ce rendormir c'était plus confortable avant .

      Supprimer
  3. "l 'Eau le miracle oublié " et la " Mémoire de l' Eau " de
    Jacques COLLIN ( Guy Trédaniel )

    ça c'est pour Georges

    et un grand merci a Zangao

    RépondreSupprimer
  4. Quand on est un "oiseau de la nuit", qu'importe que le soleil brille ! C'est dans la nuit que se trame ces choses qui s'en viennent, et quand le jour se lève, tout dans l'ombre se dissimule, pour a nouveau dans le noir prochain reprendre l'ouvrage, la, ou il avait été laissé.
    Mais les "oiseaux de la nuit" en sont les témoins, et vous pouvez bien leur raconter vos ébats au soleil, votre joie de vivre, ils n'en ont cure, ils scrutent l'ombre, car telle est leur nature.
    Viennent ils vous dire, rejoignez nous dans les ténèbres, cessez de folâtrer dans la lumière éblouissante, venez vous nourrir des ombres mouvantes, constater l'avancé des forces rampantes.......
    Ce qu'ils voient, ils le rapporte, ce qu'ils sentent, ils le disent, ce qu'ils ressentent, ils le partagent, mais vous n'êtes pas obligés d'entendre, pas contraint à demeurer dans leurs parages, rejoignez les vertes prairies avant qu'elles ne se dessèchent, ou alors comprenez que dans le noir se décide l'avenir des jours .

    RépondreSupprimer
  5. Jacques Collin, je ne connaissais pas.

    Zangao: Je trouve un peu trop stéréotypée ta vision de moi. Si je suis sur les blogs d'info c'est déjà que je suis pas si con.

    Je me demande bien ce qui se décide dans le noir et qui le décide. Apparemment je ne fais pas partie de ces gens, et je n'en ai jamais entendu parler, à-part les francs-maçons(?).

    Je me demande bien si ces forces rampantes prévoient des méthodes pour subvenir aux besoins de milliers de gens en eau, en nourriture et en chaleur...

    Je me demande aussi si ces forces rampantes dont tu parles sont les mêmes qui me poussent à me renseigner et à me préparer pour ce qui nous tombe dessus... Si ce sont celles-là j'en ai très bien entendu parler, et je peux répondre moi-même à mes questions.

    La force rampante agit depuis une bonne trentaine d'années sur les cerveaux de plein de gens qui, grâce à elle, voient venir des événements graves que la plupart ne voient pas. Cette force pousse des milliers ou des millions de gens, individuellement, à prendre conscience que les choses vont dans une très mauvaise direction, et à prendre des mesures personnelles pour l'avenir.

    Le problème aujourd'hui, c'est de nous mettre ensemble, de clarifier nos objectifs communs en quelques phrases universelles, de sortir de l'action individuelle pour entrer dans l'action collective d'envergure sans conflits internes. Et il faudrait éviter qu'un profiteur vienne récupérer les bonnes volontés pour les jeter à la poubelle.

    S'il y' une autre force rampante que celle-là, c'est que je ne la connais pas, puis moi les gens qui ont des secrets, t'façons je les aime pas trop, puis ceux qui m'aiment pas je les aime pas non-plus voilà. Et oiseau de nuit ça sonne un peu comme oiseau de malheur d'abord.

    RépondreSupprimer
  6. Ah les stéréotype, c'est comme la prose, on en use sans le savoir ! :) Oiseau de nuit, oiseau de malheur....... allons, et pourquoi ne pas clouer la chouette à la porte de la grange ?
    Mais, loin de moi de te prendre pour un con, je ne commente que surce que je vois, en l’occurrence, ton texte :)

    Si tu as cela en toi, cela te sauvera , mais si tu n'as pas cela en toi, cela te tuera........

    Nous ne sommes plus dans un sauvetage de masse, mais une survie individuelle.


    RépondreSupprimer
  7. Eh bien oui, aussi bisounours que cela puisse paraître, je trouve indispensable de garder une relation avec la nature, le coeur du monde, nos origines, qui sait comment appeler ces trucs ?

    Je trouve qu'elle nous montre le bon exemple, et nous remet à notre place. On est pas des animaux évolués d'après moi mais le débat est long.

    Puisqu'on fonctionne comme des tourbillons ou des spirales, positives ou négatives, il faudrait essayer de tourner plutôt dans le côté positif, et la nature nous recale dans le bon sens.

    Que le monde entier passe un jour par semaine à dessiner des fleurs et tout ira beaucoup, beaucoup mieux. Il reste six jours dans la semaine pour construire un monde viable, il n'y a pas de quoi devenir des hippies.

    Et si on préfère parler de ce qu'on fait pendant ces six jours : se mettre ensemble, définir nos objectifs. Au stade où on en est, ça ne sert plus à rien de faire du voyeurisme, il faut agir, socialiser, construire, prévenir, et plutôt vite. Et je me trouve bien seul, hors internet, avec ce genre d'idées.

    RépondreSupprimer

Modération.


------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.