mardi 12 novembre 2013

esclaves énergétiques

si je réalise une ascension de 2.000 mètres de dénivelée (les connaisseurs apprécieront), mes jambes fourniront tout juste… 0,5 kWh d'énergie mécanique.

A raison d'une ascension de plus de 1.000 mètres de dénivelé chaque jour, notre propre corps plafonne à 100 kWh d'énergie mécanique par an, soit 600 fois moins que l'énergie - pétrole, gaz, charbon, uranium, bois et chutes d'eau - que chaque Français mobilise à son profit en une année à travers les innombrables machines qui nous servent dans l'industrie, les transports, et les bâtiments.

Dit autrement, la capacité de transformation du monde dont nous disposons désormais provient pour moins de 0,2 % de la force de nos bras et jambes, et pour le reste de celle des machines qui utilisent les « sources d'énergie » que Dame Nature a mises à notre disposition, et dont il faut rappeler que l'existence sur Terre est toujours gratuite (pour le pétrole comme pour le vent), seul le travail de prélèvement correspondant a un coût. 
Si la convention comptable reflétait ce qui compte vraiment quand il s'agit de « produire », c'est-à-dire de sortir du minerai, de fondre du verre, d'assembler des pièces, de transporter des passagers ou des colis, ou même de transmettre des informations à la vitesse de la lumière, alors l'énergie devrait coûter 500 fois plus cher que les salaires - en moyenne - dans les comptes d'exploitation de nos entreprises. Nul doute, alors, que nous comprendrions de quoi nous dépendons vraiment !
 lire tout ici
heureusement qu'il n'y a pas de pic pétrolier, il n'y aurait plus de salaire !!!!

:0))