mercredi 9 octobre 2013

Libye, souk, mafia, trafics




Le premier ministre libyen, Ali Zeidan, a été enlevé, jeudi 10 octobre à l'aube, par un groupe armé, et a été "conduit vers une destination inconnue pour des raisons inconnues ", a annoncé le gouvernement. Ses ravisseurs seraient, selon les autorités, des ex-rebelles.

 Des rebelles armés auraient enlevé le premier ministre dans l'hôtel Corinthia de la capitale Tripoli, avant de l'amener dans une des voitures qui l'attendaient en convoi devant, sans aucun coup de feu ni trouble, selon CNN. "Un grand nombre d'hommes armés sont entrés dans les lieux. Mais nous n'avons rien compris à ce qui se passait", a indiqué un employé de l'hôtel.

on a rien compris non plus ...koike... on comprend bien que le flou artistique libyen fait la fortune de certains dans une opacité quasi totale.

 L'État libyen est dépassé par ces arrivées massives de bateaux transportant des Subsahariens venus de l'ouest du continent et surtout de migrants en provenance de la corne de l'Afrique. Faute de moyens, les autorités sont incapables de contrôler leur frontières, notamment dans le sud du pays. Et les centres de rétentions sont saturés.

 Chaque mois, ce sont des centaines de migrants africains qui accostent en Libye. Le pays est devenu une destination de travail et surtout un lieu de transit pour tous ces candidats à l'exil vers l'Europe.

la Libye avait-elle vocation a devenir une plaque tournante de tous les trafics, y compris le trafic d'êtres humains ?

on pourrait presque le penser.

source 1,   2 

résultats : l'Europe "accueille" les migrants et la France vote FN. 

 je sais que je fais des raccourcis brutaux, veuillez m'en excuser.