jeudi 17 octobre 2013

bientôt de l'air "Bio" en bouteilles



La pollution de l’air extérieur classée comme cancérigène par l’OMS

Selon une agence spécialisée de l’Organisation mondiale de la santé, il existe des preuves suffissantes pour conclure que l’air que nous respirons a été contaminé par un mélange de substances qui provoque le cancer du poumon.

 « Les experts ont conclu (...) qu’il existe des preuves suffisantes pour dire que l’exposition à la pollution de l’air extérieur provoque le cancer du poumon. Ils ont également noté une association positive avec un risque accru de cancer de la vessie », a précisé l’IARC dans un communiqué .


le docteur Kurt Straif du IARC. « L’air que nous respirons a été contaminé par un mélange de substances qui provoque le cancer », a-t-il ajouté. 

Les principales causes de pollution de l’air extérieur sont les transports surtout le trafic routier, la production d’énergie, et les émissions industrielles et agricoles. 


Pour le directeur de l’IARC, le docteur Christopher Wild, « la classification de la pollution de l’air extérieur comme cancérigène pour l’homme est une étape importante », soulignant qu’Il «  existe des moyens efficaces pour réduire la pollution de l’air et, qu’étant donné l’ampleur de l’exposition des populations dans le monde entier, ce rapport devrait envoyer un signal fort à la communauté internationale pour agir sans délai ». 

Les données les plus récentes dont disposent l’IARC montre qu’en 2010, 223.000 personnes étaient décédées d’un cancer du poumon en lien avec la pollution de l’air.
L’IARC publiera ses conclusions de façon plus détaillée la semaine prochaine dans la célèbre revue médicale britannique « The Lancet ». 


Les conclusions des experts de l’IARC rejoignent en partie celles de l’Agence européenne de l’environnement (AEE). Dans un rapport publié mardi 15 octobre, l’AEE estime en effet que la pollution atmosphérique demeure à des niveaux jugés dangereux dans de nombreuses régions de l’Union européenne et est responsable de décès précoces, de troubles de la santé et de dégâts sur l’écosystème. 

Source : AFP source

 we are fucked ! l'eau, l'air la Terre, le poison est partout...et maintenant même "les scientifiques qui s'interrogent" ont des réponses....

on comprend mieux pourquoi ils se sont interrogés autant de temps !

la dépopulation sera aussi douce que les derniers soupirs des hommes.