vendredi 27 septembre 2013

une épidémie pas si mystérieuse

Dans le nouveau cimetière de Chichigalpa, au nord-ouest du Nicaragua, une procession quasi continue d'hommes et de femmes pleure sa colère. Le terrain vague, brûlé par le soleil, a été acheté il y a deux ans par la municipalité "afin de répondre à la demande", précise le gardien du cimetière. Sur son registre, les noms précédés d'une croix sont ceux des ouvriers agricoles de la plus grande exploitation de canne à sucre du pays, morts dans la force de l'âge. "Ils représentent plus de 80 % des hommes enterrés ici", affirme cet ancien cañero. Dans la case "cause du décès", on peut lire : créatinine.

Cette molécule, fabriquée par l'organisme, est normalement filtrée puis éliminée par les reins. Sauf qu'ici les reins ne fonctionnent plus. Et la créatinine s'accumule dans les corps usés, au point de les intoxiquer. D'après une étude du Centre d'investigation de la santé, du travail et de l'environnement (Cista) de l'université de Léon (Nicaragua), environ 65 % des hommes de Chichigalpa présentent des dysfonctionnements rénaux et 30 % sont à un stade irréversible où seules des dialyses régulières peuvent les sauver d'une mort certaine. On parle alors d'insuffisance rénale chronique.

 

Mais, que ce passe-t-il ? un truc normal, comme d'habitude, un empoisonnement.

"Nous avons commencé à observer une surmortalité d'hommes jeunes au début des années 2000" .

 Mais ils ne sont pas les seuls concernés : les mineurs d'or du département voisin présentent également une incidence anormalement élevée de cette maladie.

 les milliers de malades de Chichigalpa possèdent des frères d'infortune dans toute l'Amérique centrale, et même en Inde et au Sri Lanka. Dans cette île d'Asie du Sud-Est, quelque 200 000 personnes, essentiellement des agriculteurs, souffriraient de cette forme d'insuffisance rénale chronique. 

un empoisonnement :

 des mesures ont révélé des teneurs en cadmium et en pesticides significativement plus élevées dans l'urine des personnes malades. Dans les zones endémiques, des végétaux comme le tabac et le lotus présentent des concentrations en cadmium largement supérieures aux normes sanitaires.

conclusion ? on continue ! normal !

 

Ce métal lourd, connu pour ses effets toxiques sur les reins, proviendrait notamment d'engrais chimiques. "Pour nous, il s'agit clairement d'une néphropathie toxique, principalement liée à une exposition chronique au cadmium", tranche la chercheuse de l'OMS. Ce qui rejoint les résultats d'une autre équipe du Salvador, qui incrimine plutôt les pesticides. Au total, cette épidémie aurait déjà fait plus de 20 000 morts à travers le monde en quinze ans.

Imperturbable, l'entreprise sucrière Ingenio San Antonio fête cette année un nouveau record de vente de son rhum, Flor de Caña. Quant à la Banque mondiale, elle a de nouveau investi 15 millions de dollars (11,2 millions d'euros) dans une autre entreprise sucrière du pays. Ce qui devrait créer 1 300 emplois. Et combien de malades ?

no comment ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.