lundi 17 juin 2013

les enfants derrière

Comme 61 millions de petits Chinois "restés au pays", Keke a vu ses parents partir pour la ville, dans l'immense mouvement migratoire qui accompagne l'urbanisation de la Chine. Là-bas, ils gagnent davantage, mais ils ne peuvent pas élever leurs enfants.
Alors ils les laissent aux soins des anciens, souvent trop vieux, trop fatigués, dotés d'une scolarité sommaire et dépourvus d'autorité, pour les éduquer convenablement.
....une vaste zone qui traverse le centre et le sud chinois, où une bonne partie des enfants, souvent jusqu'à la moitié d'entre eux, vivent coupés de leurs parents.

en général, les parents envoient de l'argent régulièrement. Mais ils ne reviennent qu'une fois par an pour le Nouvel an chinois.
Depuis 20 ans, le gouvernement encourage les paysans à migrer vers les grandes villes pour soutenir la croissance. La Chine compte désormais 263 millions de migrants de l'intérieur, toujours plus nombreux chaque année.
Plus de la moitié de ces enfants "restés au pays" vivent sans aucun de leurs parents, alertait un rapport de la Fédération chinoise des femmes le mois dernier. Près de 70% d'entre eux vivent chez leurs grands-parents. Un quart sont pris en charge par d'autres proches et 7% sont abandonnés à eux-mêmes. Le problème commence désormais à être pris au sérieux et des chercheurs ont inventé le terme de "liushou ertong", littéralement "enfants restés à l'arrière", pour les désigner.
 AFP



Publicité vantant les mérites de la politique de l'enfant unique à la fin ds années 1970.

qu'ajouter ?