samedi 22 juin 2013

les derniers seront les derniers

Disponibilité en hydrocarbures (pétrole et gaz) par personne de 1980 à 2050. Il y aura un tournant aux alentours de 2020, quand nous serons post-pic pour le pétrole et au plateau pour le gaz.

 Le rapport utilisé donne un pic pour le pétrole en 2015.

Le principal producteur de la zone Eurasie, la Russie, a probablement passé son maximum historique en 1987, et se dirige en ce moment vers un maximum secondaire. La Chine est proche de son maximum, qui devrait survenir quelque part aux alentours de 2020. La croissance des pays en développement (Kazakhstan et Azerbaïdjan) ne compensera pas le déclin des deux acteurs dominants de la zone.



question : la Russie aura-t-elle assez de pétrole pour désaltérer la Chine ?

Simulation de la production de pétrole pour le monde dans son ensemble en milliards de barils par an (un baril = 159 litres). Le vrai pic de production pour le pétrole conventionnel est peut-être passé dans le milieu de la décennie 2000-2010, mais pas pour la production de pétrole tout court, "grâce à" la montée en puissance du non conventionnel (offshore profond et extra-lourds). 

 finalement ça va se faire tout seul. tout d'un coup, plus de pétrole, plus d'humains, plus d'eau, plus rien...après quelques manifestations...comme au Brésil...

c'est sur que le prix des transports augmentent quand on importe l'énergie, on est moins riche...

source 

heureusement, en France nous avons le nucléaire ! ainsi nous n'irons pas dans la rue...?...

quant à la Chine....

la Chine, une puissance nucléaire...si proportionnellement ils construisent autant de centrales atomiques que la France....ça va en faire beaucoup, beaucoup....


l'autre option, c'est que tous les pays dépendants entièrement de livraisons étrangères s'affaissent...et retombent dans l'oubli....ou aillent se servir eux mêmes....
je n'oublie pas que l'Empire du Pétrole est verrouillé, et ce, depuis toujours.
la Chine aurait du souci à se faire ?

un complot de l'approvisionnement ? non ! une "histoire".
l'Histoire, pardon.
 

 
manicore