lundi 18 mars 2013

quand les porcs flottent, les lemmings volent ?

Le nombre de cadavres de porcs repêchés dans le principal fleuve de Shanghai dépasse désormais les 13.000, a rapporté lundi la presse officielle chinoise, le mystère s'épaississant sur l'origine de ces animaux.
Les chiffres ne cessent d'augmenter mais le mystère s'épaissit sur l'origine des porcs retrouvés dans le fleuve de Shangaï. Les services municipaux de Shanghai ont collecté 9.460 porcelets et cochons adultes flottant dans le Huangpu, selon le journal Shanghai Daily, les autorités de la préfecture voisine de Jiaxing (province du Zhejiang) en ayant de leur côté repêché 3.601, selon l'agence Chine nouvelle. 
Douze jours après que les premiers porcs morts ont été repérés au fil de l'eau, suscitant de vives inquiétudes chez les habitants de la capitale économique chinoise, non seulement aucune responsabilité n'a encore été établie, mais il semble qu'ils continuent à être déversés dans le fleuve. La métropole a pointé du doigt la préfecture de Jiaxing, en accusant des éleveurs de s'être débarrassés de leurs bêtes en les jetant dans la rivière. Mais les autorités de Jiaxing n'ont pour l'instant admis de tels agissements que chez un de leurs éleveurs et ont affirmé ne pas être les seules responsables.
La face sombre de l'agroalimentaire chinois
Le Huangpu, fleuve emblématique de Shanghai, compte pour 22% de la consommation d'eau des 23 millions d'habitants. Après avoir analysé des échantillons, le gouvernement de Shanghai avait affirmé ces derniers jours que les résultats obtenus étaient "normaux", malgré le scepticisme général. Le ministère chinois de l'Agriculture a envoyé une équipe sur place, qui pour l'instant n'a pas donné d'explication claire au décès des milliers de porcs et à leur présence dans le fleuve Huangpu. "Cette situation s'explique car certains paysans connaissent mal la loi, ont de mauvaises habitudes et il y a des carences dans le contrôle et le niveau des soins", s'est borné à dire Yu Kangzhen, vétérinaire-en-chef du ministère. L'affaire des cadavres de porcs déversées dans le fleuve de Shanghai illustre
 la face sombre de l'industrie agroalimentaire en Chine, où prime le rendement pour nourrir l'immense population. La pollution des cours d'eau, parfois avec de graves conséquences pour la santé, est un fléau en Chine, où le respect de l'environnement est souvent sacrifié sur l'autel de la croissance économique. Le Huangpu est mondialement connu pour s'écouler le long du Bund, le boulevard de Shanghai jalonné de beaux édifices coloniaux de style européen des années 1930. Sur sa rive est se trouve le district de Pudong, célèbre pour ses gratte-ciel devenus les symboles de l'essor économique chinois. 

La surpopulation tue la population. encore une info santé-chinoise :

En 2012, la Chine a ainsi importé 58,38 millions de tonnes de soja génétiquement modifié, principalement en provenance des Etats-Unis, d’Argentine et du Brésil. Cette stratégie serait selon lui indispensable, puisque le pays ne produit que 14 millions de tonnes chaque année, alors que la demande dépasse 70 millions de tonnes. « Dans ces conditions, l’import d’OGM va nécessairement continuer dans le futur ». ici