lundi 17 décembre 2012

que fait la police ?




Les Etats-Unis regroupent leurs fichiers pour détecter le « pré-crime »


Dans une très longue enquête, le Wall Street Journal détaille l’étendue inédite du programme :
« La NCTC peut désormais obtenir à peu près n’importe quelle base de données gouvernementale qui “contient vraisemblablement” des informations “relatives au terrorisme”.
C’est-à-dire que pourraient être concernés aussi bien la liste des formulaires pour des prêts hypothécaires garantis par l’Etat que le dossier médical des personnes soignées dans les hôpitaux militaires. »
La NCTC peut désormais copier ces bases de données en intégralité, les conserver jusqu’à cinq ans et les analyser. L’agence peut consulter le dossier de n’importe qui, même sans raison de le soupçonner.

En recoupant les données contenues dans ces divers fichiers, la NCTC espère en tirer des régularités comportementales et ainsi détecter les personnes susceptibles de commettre des crimes avant même qu’ils ne se produisent.
On peut par exemple imaginer qu’un étudiant américain qui revient du Moyen-Orient, emprunte des livres à la bibliothèque sur le djihad, héberge des amis du Pakistan et aurait contracté un gros emprunt déclencherait une alerte dans le système.
Les médias américains et les défenseurs des libertés publiques ont rapidement fait le rapprochement avec la division « pré-crime » du livre et du film « Minority Report », qui met en scène des agents chargés d’arrêter les citoyens avant qu’ils ne transgressent la loi. La logique préventive des lois antiterroristes trouve ici une nouvelle application.

 rue 89