jeudi 20 décembre 2012

l'Etat de choc et la Barbarie qui s'installe

En Grèce, les fondements de la société ont été sapés jusqu’à ce que celle-ci finisse par s’effondrer. La crise a anéanti l’Etat-Providence. "L’homme, analyse Georg Pieper, se transforme en fauve dans ce type de situations dramatiques". La nécessité le pousse à la déraison. L’égoïsme supplante la solidarité.

non, non, pas en France, en Grèce. poursuivons :

L'homme se transforme en fauve

"La crise touche particulièrement les hommes", constate Georg Pieper. Comme chacun sait, les hommes fondent leur identité, bien davantage que les femmes, sur le travail, et donc sur leur valeur marchande. Or, la valeur marchande du plus grand nombre fond sans discontinuer. La crise porte également atteinte à leur virilité. Actuellement, les troubles psychiques comme les dépressions se propagent en Grèce comme le ferait une épidémie. Personne ne s’étonne d’apprendre que les trois-quarts des suicides sont commis par des hommes.

Traumatisme collectif

 Par manque de moyens financiers, des pâtés de maisons entiers ne sont plus approvisionnés en fioul à l’heure qu’il est. Au printemps, un homme de 77 ans s’est suicidé avec une arme devant le Parlement d’Athènes. Juste avant de passer à l’acte, il aurait crié : "Comme cela, je ne laisse aucune dette à mes enfants !" Le taux de suicide a doublé au cours des trois dernières années.

En temps normal, même le plus terrible des coups du sort ne met pas l’individu à genoux, car chacun d’entre nous est doté d’un instinct de survie extrêmement développé. Voilà pour la bonne nouvelle. La mauvaise est que cet instinct de survie n’est effectif que dans une société en état de fonctionnement, capable d’amortir le choc.

stratégie du choc en Grèce

13 commentaires:

  1. Merci Wendy de ne pas avoir mis les zinzins à remplir !

    RépondreSupprimer
  2. coucou ! oui, ça va arriver en France...
    où aller ? c'est partout pareil. il faut juste vivre dans les "ghettos des riches"....

    RépondreSupprimer
  3. Je lis un bon truc en ce moment : "La parabole du semeur". Si certains veulent un aperçu de l'avenir....

    RépondreSupprimer
  4. Oui Zangao je voudrais un petit topo.

    @Wendy "il faut juste vivre dans les "ghettos des riches". Et tu crois toi que les riches vont partager ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La parabole du semeur - Octavia E. Butler
      Date de parution 1993.

      2024. Dans ce qui reste des États-Unis, la peur et la violence règnent partout. Le narrateur, jeune fille noire de quinze ans, comprend que le monde que ses parents ont connu ne ressuscitera pas et que la petite communauté familiale, ne résistera plus très longtemps aux attaques des pillards... Refusant la soumission aux grandes compagnies, qui offrent à leurs salariés la sécurité contre un véritable esclavage, l'héroïne tente de gagner une nouvelle terre promise.

      http://www.noosfere.com/icarus/livres/niourf.asp?numlivre=-323744

      Très bon roman, écrit dans un style sans prétention, mais qui décrit très justement un monde qui pourrait être le notre demain.

      Supprimer
    2. "il faut juste vivre dans les "ghettos des riches" c'est très bien expliqué ds La parabole du semeur !!!

      Supprimer
  5. Merci Zangao ! oui, une décadence violente insidieuse qui mine les USA. Il me semble que certaines zones urbaines de Detroit n'ont plus de policiers (coupe budgetaire, faillite de la ville) et que la population y a organisé une milice de défense. J'avais vu un docu sur des quartiers de L.A. où tu ne peux pénétrer sans subir toutes sortes de violences de bandes.
    Quant à l'humanisme, l'altruisme, l'entr'aide, l'aide à son prochain (cf."jeune fille noire de quinze ans")je n'y crois plus du tout. D'ailleurs mon mari et moi avons décidé il y a quelques jours de ne plus aider qui que soit, nous sommes complètement dégoûtés à chaque fois. Ce n'est pas tout le fric, le temps et la fatigue incriminés mais les emmerdes à posteriori qui nous a amenés à cette décision.

    RépondreSupprimer
  6. L'histoire (si on peut parler d'Histoire) des Etats Unis n'est faite que de violence. Massacre des tribus amérindiennes, massacre de ce qui les entourait, massacre pour s'accaparer les richesses de tous points de la planête, etc.... Pas étonnant qu'aujourd'hui ils en soient réduits a s'entre dévorer.

    La fin DU monde n'est pas pour demain, mais un monde a fini d'exister, l'American Way of Life ! ça, c'est certain !

    RépondreSupprimer
  7. Oui, quand on s'est rendu compte que leur prospérité était basée seulement sur l'emprunt, la dette et la planche à billets, on ne les a plus admiré. Mais leurs exactions partout dans le monde dans un but d'enrichissement, l'Europe l'avait perpétré au XIXème siècle, peut-etre que les prochains prédateurs mondiaux seront les Chinois si les conflits inter religieux ne viennent tout détruire avant.

    RépondreSupprimer
  8. je vous embrasse.

    c'est l'essentiel.
    les américains : j'ai l'impression qu'ils deviennent fous, pour la classe moyenne. (ça fait un certain temps que je n'y suis pas allée).
    les chinois, oui je pense qu'ils prennent leur place. mais....
    bref, ce monde va à vaut l'eau.
    ça c'est clair. le nouveau monde ? il pointe à l'horizon.

    RépondreSupprimer
  9. La focalisation sur une fin du monde annoncée a permis de faire l'impasse sur la fin avérée de l'intelligence. Bien sur, demain nous serons rassurés de voir le soleil se lever, bien sur nous serons debout, mais tout ce qui faisait notre vie est mort, perdu, détruit..... devant nous le vide, le chemin vers le chaos, la longue agonie.
    Que ce soit les chinois, les russes ou les lapons, quel intérêt de connaitre l'identité des nouveaux prédateurs ? Peut être même n'auront ils pas d'identité, peut être que ce seront nos voisins, notre famille, cet inconnu ds la rue.......... Bienvenue dans un nouveau monde de violences !

    RépondreSupprimer
  10. Merci Zangao pour le bouquin !

    ce monde devient de plus en plus violent...je suis ok avec toi.
    je t'embrasse...

    RépondreSupprimer

Modération.


------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.