dimanche 2 décembre 2012

le redressement palliatif et les zombies

Le Sénat a voté vendredi, dans le cadre du débat sur le projet de loi de finances pour 2013, la création d'un crédit d'impôt pour les salariés qui adhèrent à un syndicat. Deux tiers (66%) des cotisations syndicales peuvent déjà être déduites de l'impôt sur le revenu mais, par définition, ce dispositif ne profite pas aux salariés non imposables. Il sera donc étendu avec ce crédit d'impôt, c'est-à-dire un chèque de l'administration fiscale, lui aussi égal à 66% du montant de la cotisation versée à un syndicat.

 Le coût n'est pas chiffré. Mais pour financer ce crédit d'impôt, le texte prévoit la création d'une taxe additionnelle sur la vente de tabac, dont la fiscalité est prévue par les articles 575 et 575 A du Code général des impôts.

Une incitation qui n'est pas anodine, alors qu'une négociation est en cours entre les organisations patronales et les syndicats sur la réforme du marché du travail. le Fig.

c'est clur ! afin de détruire le code du travail et de mettre en place la fléxi-sécurité, il vaut mieux s'y mettre tous ensemble, tous ensemble, tous ensemble !
si ça c'est pas de la manip ! 

l’État, en faillite, c'est nous, mais syndiqués ! la CGT n'est plus ostracisée elle est bienvenue ! dans nos impôts il y aura les cotisations syndicales. juste ? pas Juste ?

et ça va avec ça :

 Le ministre français de l'Économie Pierre Moscovici a plaidé vendredi pour la création d'un poste de "ministre" européen pour "incarner" la zone euro et qui serait responsable devant les citoyens. "Il faudra à moyen terme [...] incarner la zone euro dans un ministre qui doit pouvoir, d'une façon ou d'une autre, affronter la sanction du vote des citoyens", a déclaré le ministre en conclusion des Entretiens du Trésor, à Bercy. source

un syndicat, un ministre, un peuple, un état, autrement dit :
 ein volk, ein reich, ein führer !