vendredi 30 novembre 2012

PALIKIR dicte sa loi au monde


 texte de OLIVIER MATHIEU, sur son blog ici
Si Israël était un pays sage et
raisonnable, il aurait rejoint la famille  des nations, ce soir, pas celle qui
comprend la Micronésie, et aurait voté fièrement pour l’achèvement du précédent
vote un 29 novembre
: deux États pour deux peuples.
Qui a voté pour la Palestine?
Autant dire tout le monde. Tout le monde a voté pour la Palestine: Russie, Chine, France,  Italie, Espagne, Suède, Turquie, Suisse…
Et j’en oublie.
Quelques autres ont choisi « l’abstention », comme le Royaume-Uni et l’Allemagne.


Qui a voté contre la Palestine?
Écoutez bien: les États-Unis et Israël. Le Canada. La République tchèque.
Et puis?
Euh…
Écoutez encore mieux: les Iles Marshall, la Micronésie, le Nauru, le Palau, Panama.

Les États de Micronésie, qui ont clamé haut et fort leur désir de s’opposer à la Palestine, soutenus et suivis dans leur démarche par leurs alliés américains et israéliens.
L’actuel secrétaire général des Nations unies, Monsieur Ban Ki-moon, a demandé solennellement aux dirigeants palestiniens et israéliens de « ranimer le processus de paix ».
La résolution appelle à une reprise des négociations directes, dans la perspective d’aboutir à un État de Palestine coexistant aux côtés d’Israël « sur la base des frontières d’avant 1967″.
Mais, il convient de le souligner, cette résolution exprime aussi « l’espoir que le Conseil de sécurité considérera de manière favorable » la candidature de la Palestine comme État membre à part entière.
Dès maintenant, la Palestine pourra signer des conventions de l’ONU en matière de droits sociaux ou politiques, ainsi qu’adhérer à des traités ouverts aux Etats.
Concrètement, à l’issue de ce vote démocratique, l’obtention de ce statut permet à la Palestine de posséder un pouvoir de saisine de plusieurs institutions internationales, principalement la Cour internationale de justice (CIJ) et la Cour pénale internationale (CPI) à la Haye, qui est l’organisme compétent afin de juger des auteurs présumés de génocides, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre.
De la sorte, les Palestiniens pourraient saisir la CPI s’il était établi que Yasser Arafat avait été empoisonné.
Les Palestiniens ont obtenu une victoire. Cette victoire est avant  tout symbolique, c’est vrai, mais c’est une victoire  forte et l’on peut espérer avoir franchi vers la création - certes toujours hypothétique – d’un État palestinien.
L’objectif final, ou en tout cas le prochain objectif, est – pour la Palestine – de devenir un État membre à part entière de l’ONU.  Pour cela, il faut l’accord des cinq membres permanents du Conseil de sécurité.
Et les États-Unis y sont farouchement opposés.
La Micronésie aussi, je suppose.
Car voilà, j’allais oublier les Iles Marshall, la Micronésie, le Nauru, Panama et le Palau.
Remarquez, les Iles Marshall font partie de la Micronésie.

Lire absolument ces extraits de la presse israélienne:
« Si Israël était un pays sage et
raisonnable, il aurait rejoint la famille  des nations, ce soir, pas celle qui
comprend la Micronésie, et aurait voté fièrement pour l’achèvement du précédent
vote un 29 novembre
: deux Etats pour deux peuples ».
GIDEON LEVY, dans Haaretz.



la Micronésie....n'importe quoi ! monde pathétique et dangereux.