mercredi 24 octobre 2012

Ces djihadistes qui ont prêchés dans les mosquées françaises



Interview du type que j’ai mis en vidéo et qui lançait des menaces. Il est très bien en vidéo, qu’il reste numérique !
-----------------------------------------------------------------------------------------------------
Vous avez déclaré que, en soutenant une intervention militaire pour reconquérir le nord du Mali, François Hollande signait l'arrêt de mort des six otages français détenus par les groupes djihadistes. Confirmez-vous ces propos?
Bien sûr. François Hollande met de l'huile sur le feu. Il doit cesser et on le lui a fait savoir. Mais il refuse, en s'obstinant à demander la libération des otages. En l'écoutant, je me demande si ce sont là les propos d'un chef d'Etat censé ou d'un simple homme de la rue: comment espère-t-il les sauver? A supposer qu'ils aient le couteau sous la gorge, ce que je comprends de son discours, c'est : "Débarrassez-nous au plus vite de ces otages." Sinon, il n'engagerait pas son pays dans une guerre dont il ignore l'issue. Il semble oublier que beaucoup d'intérêts français [gisements d'uranium, hydrocarbures, NDLR] sont situés dans des zones que nous contrôlons. Nous avons le pouvoir de déstabiliser le quai d'Orsay et de nous débarrasser de François Hollande ou des personnes qui lui sont les plus proches: nous y travaillons chaque jour. Nous disposons d'éléments partout dans le monde, mobilisés dans cette traque. 
Ce que nous voulons, c'est instaurer la charia. Pas plus. Nous ne nous référons à aucun autre modèle que celui de l'islam, qui existe depuis plus de 1400 ans. Nous suivons le message du Prophète. Je suis né en 1963. Cela fait plus de vingt ans que je prêche. J'ai visité plus de vingt pays. J'ai passé 40 jours en France, à la fin de l'année 2000, avec un visa Schengen. J'ai prêché à la mosquée de Saint-Denis, à Meaux, à Melun... J'ai voyagé au Pakistan, en Inde, en Tunisie, au Maroc, en Algérie, en Libye, en Ethiopie, au Tchad, au Nigéria, au Ghana, au Togo, au Bénin, en Côte d'Ivoire, au Sénégal, au Niger, au Burkina Faso, en Guinée Conakry, en Gambie, en Mauritanie! Depuis plus de 12 ans, je suis engagé dans le djihad. Le djihad, c'est une obligation divine. Toute personne est tenue de s'y soumettre, les invalides et les malades mis à part. 
L'islam interdit de prendre des vies humaines et, certes, l'homme est faible de nature. Mais il doit se soumettre à son Prophète. Pour tuer, il faut une cause: si des gens s'opposent à l'instauration de la charia, il faut les mettre de côté, à n'importe quel prix.
Négocier? Aucun problème, pourvu que l'on se soumette à la charia, la loi divine. On peut négocier avec le monde entier, même avec Obama s'il se plie à la charia! 
Nous sommes contre le trafic de drogue. C'est vous qui financez le djihad! Dix-sept pays européens paient des rançons pour qu'on laisse leurs ressortissants en paix. La France nous donne 40 millions par an (sic). Nous sommes très riches! Un proverbe dit "Coupez-lui les lèvres et faites lui manger": les rançons données par la France seront utilisées contre elle. Nous ne sommes pas contre les Français, ni personne: pour preuve, nous comptons des centaines, voire des milliers de Français Français dans nos rangs. Mais nous sommes contre la politique menée par la France. Ceux qui supportent la politique de leur gouvernement doivent payer. Nous disposons d'éléments partout, mobilisés dans cette traque. Nous les visons partout, comme un chasseur guette son gibier. Qui vivra verra. 

l'express ici
Wendy pense qu’on a peut-être un problème….