mardi 30 octobre 2012

attention à la colère de Zeus

ATHENES - La Grèce a conclu mardi les négociations avec ses créanciers, l'UE, la BCE et le FMI, sur les nouvelles économies que le pays doit réaliser pour garantir la poursuite de son financement, a indiqué le Premier ministre Antonis Samaras. (à part ôter la ficelle au string, je vois pas de quelles économies il est question !)

Nous avons conclu les négociations sur les mesures (de rigueur) et sur le projet de loi de budget (2013), a dit M. Samaras, cité dans un communiqué de ses services. R.N.

mais ça, les économies grecques, c'est le quotidien ! par contre ça, c'est la tendance !:

il est "plus risqué d'investir en Grèce qu'en Syrie". (sic).

(An annual survey of finance directors from global business consultancy BDO finds that the crisis over too much government debt in Europe remains one of their key concerns — so much so that Greece is considered a riskier place to invest and set up business in than war-torn Syria.)

 (n'oublie pas qui t'a fait, empire !)