mercredi 13 juin 2012

Fin de l'embellie sur le pétrole.

Le système capitaliste connaît une crise profonde, et le ralentissement de la croissance dans les pays consommateurs a transformé en menace claire et imminente la possibilité d'un effondrement de la demande mondiale de pétrole, a indiqué M. Ramirez, en ouverture d'un séminaire de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) à Vienne.
 Des prix stables au-dessus de 100 dollars représentent le minimum nécessaire pour que les ressources pétrolières continuent d'être développées et pour approvisionner rapidement le marché quand il en a besoin, a ajouté Rafael Ramirez.
 Les sanctions (contre l'Iran) ne sont bonnes pour personne. Restreindre drastiquement l'approvisionnement en pétrole ne fait que compliquer la situation (pour les pays consommateurs) à un moment où l'économie de l'Union européenne est en danger, a observé le ministre.M. Ramirez a aussi dénoncé mercredi les critiques des pays consommateurs contre l'Opep, souvent accusée de laisser s'envoler les prix du brut.

Alors que l'offre de pétrole dans les pays en-dehors de l'Opep ne se développe pas assez vite, les projets de développement (dans les pays du cartel) se heurtent au refus persistant des pays consommateurs et des compagnies pétrolières de payer aux pays le juste prix pour leurs ressources naturelles, a insisté le ministre sud-américain.
ici

Wendy : "tout y est, rien à ajouter".