jeudi 24 mai 2012

Retour vers le Futur

le prix de l'immobilier en Grèce.

-les prix ont triplé en 15 ans
-depuis "leur pic" les prix ont chuté de quasi 30%
-le déclin s'accélère en 2012. sans politique ni économie stable les prix peuvent encore chuter.

c'est "un cas d'école" : on peut étudier/prévoir combien l'immobilier va perdre dans les pays en difficulté. la France est concernée, comme l'a été l'Amérique.

"le plan", déjà vu ici c'est :

1)les 1% richissimes de la planète rachètent l'immobilier et les terres.
2)ils louent à bas prix. "cassent le marché"
3) les propriétaires de pavillons et les petits fermiers ne peuvent plus faire face à leurs dettes et à leurs charges. ils vendent à vil prix.
4)les prix des locations remontent. les bénéfices sont inestimables (plus de 7 Mds d'humains à loger et à nourrir).

les "Fonds" n'investissent plus dans la "production". pas fous ! la preuve en image :

(la fin du "marché action". titre le F.T.)

(au fait : ce n'est pas un complot ! c'est un très vieux plan, bien connu. rien de neuf.)
 ------------------------------
et un "petit lien" pour une meilleure compréhension :
 " La Grèce manque de statistiques officielles sur le nombre des SDF et toute enquête menée par des organisations est souvent "approximative ou parfois exagérée", estime Tzanetos Antypas en faisant allusion à une récente évaluation à 25 000 du nombre de SDF à Athènes, publiée l'année dernière.
La crise a fait apparaître un nouveau profil des sans logis, dit-il. Actuellement "on voit dans les rues des personnes, surtout des hommes entre 40 et 55 ans, des chômeurs ou des gens qui ne peuvent plus payer leur loyer ou assumer les responsabilités de leurs familles", alors qu'auparavant c'était plutôt des jeunes immigrés ou toxicomanes, précise M. Antypas."  le reste

les maisons-logements existent, comme celles des américains virés de chez eux, elles sont rachetées par des "investisseurs" puissants qui ont les moyens d'influer sur "le marché" immobilier et les liquidités suffisantes pour "attendre leur heure".

juste déprimant.