vendredi 27 avril 2012

que des femmes sans importance

Histoire du monde en Ouzbékistan. Une enquête de la BBC confirme l'existence d'un programme secret destiné à limiter la croissance démographique. Des milliers de femmes ouzbèques auraient été stérilisées de force. Robin Cornet 

 D'après des ONG, les accouchements par césarienne aurait explosé ces dernières années.
Les premiers cas de stérilisations forcées remonteraient à 2004. Un rapport des Nations Unies en a fait état en 2007. Ce serait devenu réellement une politique en 2009. Pas une loi. Mais des consignes données aux médecins. "Nous avons des quotas" explique une gynécologue de Tashkent. "Tous les ans, on nous présente les objectifs. Chaque médecin sait combien de femmes il doit stériliser. Moi, c'est 4 par mois. Mais dans les campagnes, ça peut monter jusqu'à 8 par semaine", affirme-t-elle. Deux autres gynécologues ont confirmé à la BBC que la pression est particulièrement forte sur les médecins de campagne.
 Ce qui est étonnant, c'est que l'Ouzbékistan n'a pas un problème de surpopulation criant. Mais la carricaturale dictature communiste serait obsédée par les statistiques. Elle n'aurait pas apprécié d'être dans le bas des classements mondiaux sur la mortalité infantile. C'est l'explication de plusieurs médecins. Un très étrange raccourci : moins d'enfants qui viennent au monde, c'est finalement moins d'enfants qui meurent à la naissance.
 Le groupe de pression Avaaz a lancé une campagne pour demander à Hillary Clinton de réagir. L'Ouzbékistan est un allié de longue date des Etats-Unis qui lui fournissent des aides en échange de sa coopération dans la lutte contre le terrorisme et dans les opérations en Afghanistan. source