vendredi 30 mars 2012

Planification Ecologique ou Dictatures des Pénuries





2012, c'est vraiment l'Apocalypse !
 Matières premières : le début de la pénurie


 Un vent froid et sec souffle sur le marché des matières premières. Des marchés entiers de métaux ou de produits agricoles pourraient se retrouver asséchés dans les années à venir.

Ce syndrome de la "cale sèche", l'absence matière, n'a rien d'étonnant.

Dans les années à venir, nous allons cependant devoir affronter une menace d'une bien plus grande ampleur que ces simples "accidents" météorologiques. Nous allons devoir affronter la planification de la pénurie.

C'est une tendance de fond des matières premières. Les pays producteurs baissent le rideau de leur échoppe, ferment boutique, coupent leurs exportations... en prenant le risque de mettre le feu aux marchés internationaux.

Description : - Le réchauffement climatique n'est plus une lubie d'Occidentaux...
Ne croyez pas que nous soyons les seuls à nous préoccuper de la disparition des phoques en mer du Nord et de la tortue luth au Costa Rica.


Tout le monde se sent concerné, car ces événements locaux ont des répercutions à l'échelle internationale. La perte de biodiversité finira inévitablement par peser sur les marchés agricoles, en réduisant la capacité des plantes à s'adapter à leur environnement. Et nous pourrions évoquer l'érosion des sols, la baisse des ressources en eau...

C'est bien l'irruption du "patriotisme des ressources" qui pose actuellement un problème sur les marchés des commodities. Pire, ses diverses formes ont tendance actuellement à se coupler.

Description : - Le nationalisme alimentaire
Depuis les émeutes de la faim de 2008, les gouvernements multiplient les dispositions pour freiner les exportations de matières agricoles. Plusieurs outils sont à disposition : taxes, quotas, réglementations environnementales.



Description : - Le nationalisme politique
Imposer des barrières à l'exportation peut également permettre d'assurer un accès à une matière première à bas coût aux industriels. Récemment, c'est le gouvernement indien qui a été tenté d'interdire unilatéralement l'exportation de coton.



Description : - Le nationalisme économique
Certains pays veulent à tout prix sortir de leur dépendance aux matières premières. Ou plutôt s'en servir comme un tremplin pour monter en gamme. Le cas du Brésil et de la Chine est particulièrement éclairant.



En février 2012, Jakarta annonçait qu'il serait impossible d'exporter du minerai à partir de 2014 s'il n'avait pas été transformé sur place. Enfin, il y a quelques semaines, l'Indonésie a annoncé que la date butoir pourrait être avancée à cette année.

L'Indonésie est un important producteur de bauxite (aluminium), de cuivre, de charbon, de nickel et surtout d'étain. C'est bien pour se sortir de cette dépendance aux métaux que l'Indonésie passe actuellement ces lois. Le problème, c'est que les cours risquent de partir en flèche au moindre problème d'approvisionnement.

suite sur la chronique Agora d'aujourd'hui.

tiens, tiens, les peak-oilistes auraient raison ? après cet auto-satisfecit, un seul mot à dire : HELP !
si des gens comme la C.Agora, qui sont loin d'être de dangereux bolchéviques en arrivent  à mettre en garde contre "les nationalismes" exacerbés par le "Pic de tout"  (métaux, eau, MP alimentaires, Pétrole, tout, quoi !) et bien, en  langage de "Wendy" ça donne :

"évitons la dictature du Pic de tout, choisissons une planification (mondiale) des ressources naturelles".
le "Pic de tout" va favoriser la spéculation à outrance. les plus pauvres ne gagneront pas 450 euros/mensuels, ils seront proprement AFFAMES !

oui, en plus de voter pour Mélenchon, je suis internationaliste ! 

autre possibilité : la Chronique Agora soutient J.L.Mélenchon ... 

Aspect général d'une courbe de production issue d'un stock donné une fois pour toutes, qu'il s'agisse d'un champ de pétrole, d'une zone pétrolière plus vaste, ou de la planète dans son ensemble (et cette loi s'appliquera aussi à tous les minerais métalliques, dont le stock initial est fixé une fois pour toutes). Comme nous le verrons ci-dessous il peut y avoir plusieurs bosses bien individualisées, mais un maximum absolu et un déclin vers zéro si on attend suffisemment longtemps sont inexorables.
La quantité totale de pétrole extraite - le cumul de l'extraction - correspond à la zone hachurée sous la courbe, et elle est au plus égale au stock extractible de départ. En langage mathématique, on utilise le terme "intégrale" pour désigner cette surface.

 Jean-Marc JANCOVICI (un moment de pédagogie sur ce qu'est un" pic" et comme nous n'avons certainement pas le temps d'aller forer sur Mars, va falloir se débrouiller avec les restes du monde...)