lundi 19 mars 2012

Insurrection sous contrôle (pour le moment)

Jean Luc Mélenchon :
" si le monde entier consommait comme les français il faudrait deux planètes et demi !"

voilà qui est dit. "la règle Verte". je prends note. je crains simplement que ces propos d'hier à la Bastille ne soient bientôt oubliés, dès le soir du 1° tour quand il appellera à voter F. Hollande.
Fin de "l'état de Grâce".

"je suis un stratège", oui, indéniablement. mais dans quel but ?

je note qu'il dit des choses essentielles, qu'il prend des positions claires, notamment sur l'écologie. raflant ainsi les voix perdues par Duflot qui a fait sa petite cuisine avec Hollande sur le dos d'Eva Joly.

je note les articulations parfaites de son discours. et les actes ?

Mélenchon vient de l'OCI. wikipédia,
2007

l'OCI formait ses militants avec examen de passage pour entrer dans l'organisation. quand je dis "formait", c'est vraiment "instruire". l'instruction était obligatoire. on apprenait la dialectique, l'histoire et on devait faire la preuve de son engagement. c'était "formateur" à vie.

les ennemis de l'OCI étaient les "staliniens", à savoir le PCF. ....avec qui Mélenchon, dans un grand écart a fait alliance pour "le front de gauche". c'est assez "succulent" quand on connait les positions de l'OCI et du PCF à l'époque de la jeunesse militante de Mélenchon.

cela me ramène aux actes. j'entends hier un discours que l'OCI ne peut tout à fait renier, voir ne peut qu'appuyer, avec même le chant de l'internationale. je vois Mélenchon dans son habit "internationaliste". et je le félicite, je sens le poids de son engagement passé.
qu'en restera-t-il au soir du 1° tour ? les "stals" sont par principe des "sociaux-traîtres", il le sait.
la CGT n'a pas appelé à la lutte sans merci contre la "réforme des retraites", par exemple. de nombreux salariés ne sont plus syndiqués maintenant à cause des trahisons de dernier moment.

Mélenchon sait que "la base" peut "casser les digues" élevées par les structures syndicales traîtres et que c'est ça le début de l'insurrection. de la Révolution.
quand il appelle à l'insurrection "civique" et que 100000 personnes (?!) se déplacent l'insurrection tout court n'est pas loin. il a ce poids de responsabilité sur les épaules.

et maintenant combien de gens sont proches de "passer à l'acte", même si lui les freine juste à l'arrivée ? au moins 100 000 ... !!!!
ceux qui m'aiment prendront le train ! ils l'ont pris ! et hier, ni le PS ni l'UMP n'étaient là pour affréter les cars. beaucoup ont payé leur ticket.

1° conclusion : "si j'appelle à l'insurrection,  je suis suivi".
2 °                 : Hollande est dépassé par sa gauche
3°                  : enfin une réflexion sur l'état de la planète analysé comme "politique", donc modifiable
4°                  : le PCF a-t-il été noyé par "sa base"  ?
5°                  : Mélenchon trahira-t-il les attentes pour faire le jeu du système ?

la France dans un état insurrectionnel ? oui, la preuve est faite.
et même si Mélenchon trahit, ceux "qui prennent le train" bien gentiment ne sont pas disposés à se laisser rouler indéfiniment.

« Ça voit, ça se sent, ça se sait, le printemps est dans trois jours. Chaque matin qui commence la lumière étend son domaine dans la journée, la nuit recule. Viennent le temps des cerises et des jours heureux » J.L.Mélenchon, la Bastille.