lundi 20 février 2012

Pétrole, prix du baril et déplétion


 Prix record pour l’essence

lundi 20 février 2012

Les prix maximums pour la Super 95 et 98 passeront à 1,713 euro et 1,733 euro ce mardi. Un euro faible, la crainte que l’Iran bloque le transit du pétrole : les ingrédients sont là pour pousser les prix des carburants à la hausse dans les semaines à venir. 

 

Prix record pour l’essence
Les coûts des carburants n’ont jamais pesé aussi lourd dans le portefeuille des familles. Et ce n’est pas prêt de baisser, prédit Wilfried Dehertoghe, président de la Brafco, Fédération des distributeurs de carburant, dans De Morgen. 

Les prix élevés à la pompe sont avant tout le résultat d’un euro faible. Et vu que les prix sont négociés en dollars, la situation n’est pas prête de s’améliorer, poursuit Wilfried Dehertoghe. « Il y a donc de fortes chances que des records soient battus cette semaine. »  
Les cours du pétrole étaient en nette hausse lundi en Asie, après l’annonce de l’arrêt des ventes de pétrole iranien à la France et au Royaume Uni, une décision symbolique mais qui renforce la crainte d’une « escalade » de Téhéran. Le Brent de la mer du Nord pour livraison en avril gagnait 1,52 dollar US à 121,10 USD le baril dans les échanges électroniques du matin. Le baril de « light sweet crude » (WTI) pour livraison en mars prenait 1,70 USD à 104,94 USD.
En ciblant Paris et Londres, l’Iran s’en est pris aux deux capitales à la pointe des sanctions prises contre lui depuis deux ans par l’Union européenne, de concert avec les Etats-Unis.
Cette annonce est avant tout symbolique, selon les experts, mais elle risque d’accentuer la pression sur les cours de l’or noir en renforçant sur le marché la crainte d’une « escalade » de Téhéran dans le détroit d’Ormuz, par lequel transitent 15 millions de barils/jour (mbj).
(CLDD, avec afp) ici
 ----------------------------------------------
sur l'avenir, Glenn Morton sur son site [en anglais] était lugubre...en 2006 !
"La propagation des pannes d'électricité causera finalement une sévère récession, particulièrement avec l'augmentation des prix du pétrole, qui se produira à la fin de la décennie. Le pétrole alimente les avions, l'électricité, le travail. Bartlett a affirmé que l'agriculture moderne était simplement une façon de convertir le pétrole en nourriture! Sans énergie, la quantité de nourriture produite diminue.
Une autre implication concerne la capacité qu'auront les gouvernements à tendance socialiste à maintenir leurs programmes sociaux…Il s'agit là de la dernière génération de Britanniques et d'Ecossais à profiter d'un programme comme la [Sécurité sociale]. Aucun gouvernement de la planète ne sera plus capable de financer pleinement ses services sociaux avec des prix du pétrole élevés.
Il s'ensuivra une instabilité politique. Je suis convaincu que quelques meneurs deviendront fous après que les masses les auront rejoints. C'est dans de genre de situation que Lénine, Hitler et d'autres individus dangereux pont pris les rênes du pouvoir. La vie sera alors ne sera pas une sinécure.
Une fois le pic de Hubbert passé, quand les coûts de l'énergie vont crever le plafond, il y aura une période avec un fort accent mis sur la préservation des ressources. Ca sera comme au début des années 1980, quand les prix élevés du pétrole ont rendu le monde attentif à l'efficience énergique. De plus petites voitures avaient été achetées à l'époque, les maisons isolées et les ampoules à basse consommation ont fait leur apparition. Cela se produira de nouveau, repoussant quelques-uns des problèmes les plus graves. Mais cette fois, contrairement aux années 80, il n'y aura pas d'augmentation de la production de pétrole. Chaque année, continuellement, nous aurons besoins de plus d'efficacité dans notre consommation d'énergie. Chaque année l'inflation augmentera le prix des biens de consommation parce que le pétrole deviendra de plus en plus rare…Mon Grand-Père m'a parlé de la Grande Dépression [de 1929] quand il avait fondé sa famille. Son travail était agréable en comparaison de ce qui va nous frapper.
Les habitants du Tiers Monde, comme le Mexique, feront la seule chose humaine, une chose que nous ferions tous dans cette circonstance – essayer de se rendre dans les pays qu'ils perçoivent comme riches et ayant du travail. L'armée, sans pétrole, sera incapable de contrôler les frontières. Il ne sera pas agréable de voir des pauvres gens se faire abattre pour éviter qu'ils n'entrent dans un pays."

pic pétrolier factice ou pas, la réalité dépasse toujours la fiction. je n'entends pas nos prétendants à l’Élysée parler beaucoup du prix de l’énergie. alors que tout en dépend.