lundi 13 février 2012

La France de l'Atome, les Français atomisés, "le prix de la rareté"

Les recommandations du rapport Energies 2050


PARIS - Voici les principales recommandations de la commission Energies 2050, qui a remis lundi un rapport sur les scénarios d'évolution du paysage énergétique français à l'horizon 2050 au ministre de l'Energie Eric Besson.


1. Faire de la sobriété et de l'efficacité énergétique une grande cause nationale, en particulier dans les secteurs du bâtiment et des transports.


2. Lors de chaque décision de politique énergétique, évaluer le coût et l'effet sur les finances publiques, sur la balance commerciale, sur les émissions de CO2 et sur l'emploi, et comparer à chaque fois les résultats avec les effets d'une décision différente.


3. S'interdire toute fermeture administrative d'une centrale nucléaire qui n'aurait pas été décidée par l'exploitant à la suite des injonctions de l'autorité de sûreté.


4. S'engager courageusement dans une politique de vérité (c'est-à-dire de hausse) des prix de l'énergie et des émissions de CO2, tout en traitant de manière spécifique la précarité énergétique et le cas des industries grosses consommatrices d'énergie.


5. Proposer à nos principaux partenaires européens un réexamen en profondeur des règles du marché intérieur de l'énergie pour faciliter le financement des investissements que le secteur doit réaliser.


6. Faire avancer l'harmonisation internationale des règles et des pratiques de sûreté nucléaire afin de les faire converger vers le niveau le plus élevé.


7. Maintenir, voire accroître l'effort de recherche publique dans le domaine de l'énergie, en particulier dans les renouvelables et le stockage de l'énergie.


8. Ne pas se fixer aujourd'hui d'objectif de part du nucléaire à quelque horizon que ce soit, mais s'abstenir de compromettre l'avenir et pour cela maintenir une perspective de long terme pour cette industrie en poursuivant le développement de la génération 4. La prolongation de la durée de vie du parc actuel nous paraît donc la solution de moindre regret (sous la condition absolue que cela soit autorisé par l'ASN).




(©AFP / 13 février 2012 ) Mais qui est cette commission énergie ??? je cherche et je trouve une commission 2020 européenne...pas de noms ni de signature ?
en France nous ne sommes pas prêts de sortir du nucléaire !!!! Zombifiés ! 
l'immobilier dans le centre-France a de beaux jours devant lui...


et là on a pas l'EPR, ni les derniers projets !!!!

ça y est ! j'en tiens un :  Claude Mandil 
Claude Mandil est diplômé de l’Ecole Polytechnique et Ingénieur Général au Corps des Mines.

De 1990 à 1998, Claude Mandil est Directeur Général de l’Energie et des Matières Premières au Ministère de l’Industrie, de la Poste et des Télécommunications. Il joue à ce titre un rôle capital dans l’adhésion de la France au Traité de l’Agence Internationale de l’Energie. Il devient le premier représentant de la France au Conseil de direction de l’AIE, Conseil dont il assume la présidence de 1997 à 1998.
De 1991 à 1998, Monsieur Mandil est également représentant de la France au sein du Groupe de Travail du G7 sur la sûreté nucléaire, Groupe qu’il préside en 1996.
Il est nommé Directeur Général Délégué de Gaz de France en octobre 1998, puis Président de l’Institut Français du Pétrole en avril 2000.
Il est Directeur Exécutif de l’Agence Internationale de l’Energie depuis février 2003. lien total
from April 2000 to February 2003 the post of the Chairman and CEO of the Institut Français du Pétrole (French Institute of Petroleum).[1][2] From 1 February 2003 to 1 September 2007 he was the Executive Director of the International Energy Agency, in which post he was succeeded by Nobuo Tanaka. Since 16 May 2008, is a members of the Board of Directors of Total S.A.[3] He is also director of Institut Veolia Environnement.[2]   lien
 Director of TOTAL S.A. since May 16, 2008 and until 2011. Source

Vidéo interview  : "énergies de plus en plus chères, ressources de plus en plus difficiles à trouver..." nous sommes prévenus !  du peak oil et de son cout !



Mandil en 2007 :


Comment analysez-vous la reprise en main du marché par les producteurs ?
"Les pays consommateurs en sont largement responsables. Ils ne veulent pas se lancer dans une politique d'efficacité énergétique, pourtant la moins coûteuse. C'est une priorité absolue. Il faut notamment prendre des mesures sévères dans le secteur des transports comme la surtaxation des grosses cylindrées, la réduction des 4 × 4, les limitations de vitesse..."

et bien d'autres choses encore...mais, comme dans cet article du Monde, dans le quel Mr Mandil s'exprimait sur les ressources pétrolières.(2007 ?)...disparues................le monde


mer, déc 7th, 2011 :

Est-ce qu’à la place du +peak oil+, il ne faut pas parler plutôt de +peak money+ (pic d’argent), s’interroge à Paris, Claude Mandil (BIEN Mandil), ancien directeur de l’Agence internationale de l’énergie (AIE).
On a du pétrole, on a du gaz, mais on n’a plus l’argent pour aller le chercher, souligne l’expert.
L’AIE, le bras énergétique des pays développés, estime en effet à la somme inconcevable de 38.000 milliards de dollars (27.700 milliards d’euros) d’ici 2035 les investissements nécessaires dans le domaine de l’énergie — soit chaque année 1.500 milliards ou encore 2,5% de la richesse mondiale.
Car l’offre n’est pas le seul problème. Tirée par les géants en développement –, Inde, Brésil…–, la demande devrait dépasser 99 millions de barils par jour en 2035, selon l’AIE. Biocarburants ou gaz transformés en carburants devraient aider à suivre, mais la pression sur le brut sera forte.
source

Mr Mandil veut juste sauver les français !!!
Contre Info (Pic pétrolier/AIE)