dimanche 26 février 2012

des Soins pour les Mers


La Banque Mondiale appelle à un large partenariat mondial pour secourir les océans malades.

SINGAPOUR, 24 Février, 2012 (ENS) - La Banque mondiale a annoncé aujourd'hui un grand Partenariat mondial pour les océans, la collecte de fonds auprès des gouvernements,  appel aux scientifiques, aux organisations de défense, au secteur privé et aux institutions publiques internationales pour faire face aux problèmes de plus en plus urgents de la surpêche, de la dégradation marine, de la perte de habitat marin pour de nombreuses éspèces.

«Les océans sont l'élément vital de notre monde», a déclaré pour la Banque mondiale Robert Zoellick, son président, annonçant le nouveau partenariat dans un discours prononcé au Sommet de Singapour.

"Ils représentent plus de 70 pour cent de notre planète et environ 97 pour cent de son eau. Ils absorbent la chaleur et le dioxyde de carbone, générent de l'oxygène, et de façonnent les conditions météorologiques du monde. Ils fournissent environ 15 pour cent des protéines animales pour la population mondiale, ils déterminent l'air que nous respirons, l'eau que nous buvons, la nourriture que nous mangeons », a déclaré M. Zoellick. «Où que nous vivions, chacun de nous dépend de la santé des océans. »

"Environ 85 pour cent des stocks mondiaux de poisson sont gravement attaqués et en voie de disparition, nous avons plus de 400 zones mortes où la vie s'est arrêtée. Cela représente une surface morte de la taille de la Nouvelle-Zélande"

"Donc, c'est une question fondamentale pour la banque mondiale, car environ un milliard de personnes dans le monde dépendent du poisson comme principale source de protéines. C'est aussi une source importante d'emplois, que ce soit pour le tourisme ou la pêche. Il y a des centaines de millions d’emplois qui dépendent de la santé des océans. "

"Donc, ce que nous essayons de faire, c'est de rassembler toutes les parties concernées et d’envoyer un signal, un  SOS. « Save Our Seas », a déclaré M. Zoellick. "Les océans sont l'affaire de tous, mais personne ne peut le faire tout seul."

"Les océans du monde sont en danger, et le défi est énorme car il dépasse les possibilités d’un seul état ou d’une seule organisation, a-t-il dit. "Nous avons besoin d'une action mondiale coordonnée pour restaurer la santé de nos océans. Ensemble, nous allons construire un projet pour répondre aux menaces qui pèsent sur les océans, identifier des solutions viables, et les mettre en pratique."

La pêche au filet est la principale raison de la disparition des dauphins (Hector) ils sont passés d'environ 30 000 dans les années 1970 à un peu plus de 7.000 aujourd'hui, a déclaré le WWF.

Une autre preuve de la dégradation des océans c’est une étude menée par le WWF, publiée cette semaine qui montre que 12 pour cent des espèces marines étudiées dans le golfe de Californie, les côtes du Panama et du Costa Rica et les cinq îles situées au large et les archipels de la tropicale de l'Océan Pacifique sont menacés d'extinction.

«Comme la population mondiale va croître à neuf milliards de personnes d'ici à 2050, la demande d'aliments et d'autres ressources va doubler», a déclaré le directeur général de Conservation International, Peter Seligmann. "Il est dans l'intérêt éclairé de toutes les nations et de toutes les communautés de prendre soin de nos océans. L'humanité a besoin des océans de prospérer. La collaboration est essentielle."
source,  ,,