vendredi 17 février 2012

Bonne nouvelle, avancée sur la Fusion froide

Rappelons que si la fission nucléaire produit de grandes quantités d’isotopes radioactifs dangereux, la fusion nucléaire est généralement sans danger écologique, plus économique et produit une énergie propre et illimitée… n'étant pas ingénieur atomiste je le souhaite vraiment ! je ne connais pas non plus les limites de cette énergie....depuis 10 jours de plus en plus d'avancées ...confidentielles !

Fusion froide : National Intruments aide l’E-cat à se démocratiser

10 février 2012
La société Texane National Instruments, fournisseur de solutions d’instrumentalisation, de mesures et de contrôle pour des projets tels que l’accélérateur de particules, à signé un accord avec Andrea Rossi, créateur de l’E-cat, afin de sécuriser et ainsi démocratiser son réacteur à fusion froide.
Il s’agit bien là d’une technologie qui pourrait affecter le futur de l’Humanité toute entière. La fusion froide, menée dans le E-cat d’Andrea Rossi, est pressentie comme la technologie propre pouvant nous sortir de l’impasse énergétique.
Pour la réaction de la fusion froide, aucun déchet nucléaire n’est produit et aucun élément radioactif n’est nécessaire. Combinant l’hydrogène et le nickel, il en résulte une réaction gamma produisant de l’énergie sous forme de chaleur. Protégés par deux subtiles couches de plomb, les trois réacteurs qui composent chacun des 100 modules de l’E-cat permettent de produire 1MW pour un encombrement équivalent à un petit container.


Andrea Rossi, le créateur de l’E-Cat, à l’intérieur de son unité de production d’1 MW

Le rôle de National Instruments sera de fournir les instrumentations nécessaires pour surveiller et stabiliser le processus. L’objectif étant de rationaliser les procédés afin d’arriver à une production de masse. Andrea Rossi estime que lorsque la production de masse aura démarré, le coût du Kilowatt produit par le E-Cat pourrait chuter à 100 € le Kilowatt, soit un dixième du coût des installations des centrales à charbon ou gaz naturel que l’E-cat prétend pouvoir remplacer.
Naturellement, la fusion froide n’est pas largement promue et souffre ainsi d’une image subie de technologie « prophétique ». Cependant la fusion froide ne relève en rien de la science fiction. Commercialisé depuis le 28 Octobre 2011, l’E-cat a déjà trouvé preneur pour le remplacement d’une centrale à charbon. Si aucune précision n’est encore apportée sur ce client, confidentialité oblige, l’objectif pour Andrea Rossi et National Instruments est de concrétiser le tout sous 2 ans.
Alors que les émissions de CO2 repartent à la hausse après un léger recul en 2009, cette technologie peut constituer la révolution tant attendue pour produire de l’énergie durable. Andrea Rossi annonce justement aujourd’hui avoir un carnet de pré-commandes déjà rempli à hauteur de 100 000 unités.
À lire également : Le thorium : la nouvelle énergie des voitures électriques ?
Illustration : Fusion Froide.com 2012
excellente nouvelle ! les médias restent discrets !!! (pour le moins).