vendredi 27 janvier 2012

Elections : votes blancs ou nuls en perspective

Dans la zone euro, les gouvernements sont tombés en série. En France, Nicolas Sarkozy est à la peine. N'est-on pas arrivé à un point où il faut offrir un espoir à l'électeur, lui prouver que l'austérité paie?
Le problème n'est pas d'offrir des cadeaux à l'électeur. Mais de tout faire aujourd'hui pour maîtriser les budgets et ne pas reporter la dette publique sur les générations à venir. C'est la question posée à tout homme politique responsable. Il faut aussi l'expliquer aux citoyens.  dit Le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker ici

 oui, «Il faut à tout prix éviter un défaut de la Grèce» mais surtout il faut que les politiques qui briguent le mandat présidentiel en France s’expliquent. et pas seulement sur les dettes (?) mais tout simplement sur l'Europe et comment ils comptent se situer dans cette Europe.


de mesures franco françaises en piques stupides en passant par des réformes fiscales territoriales il n'y a d'aucun côté une "vision" (puisque c'est le terme à la mode) de la France intégrée dans l'Europe.


pour nos hommes politique l'Europe serait réductible aux dettes. 


les électeurs ne raisonnent pas ainsi. ils ont conscience que la France ne peut se passer de réflexion sur l'Europe et sur le monde en général. sortir de l'euro n'est pas une programme en soi. la "grandeur de la France" ne passe pas par éluder les sujets. pour nos hommes politiques le nucléaire est moins explosif que la bombe européenne.
l'électeur moyen risque de rester chez lui ou de voter blanc ou nul (comme on ne lui montre que nullité de la pensée, il copiera).


la PEUR de l'Europe et d'affronter l’électorat avec des idées claires nous mène droit dans le mur !

l'Espagne et son chômage :

22,9%

 "Il faudra aussi un plus grand fédéralisme budgétaire européen: la France devra donc renoncer à une part de souveraineté fiscale. Il faut éviter à tout prix la sortie d'un pays de la zone euro ou un défaut désordonné." (Huw Pill, chef économiste Europe de Goldman Sachs)

un exemple de déclaration non-souverainiste, et ils en pensent quoi nos candidats ?