vendredi 20 janvier 2012

Athènes, moins de dettes plus d'austérité !





La Grèce et ses créanciers à petits pas vers un accord
20/01/12  - REUTERS  Texte plus grand Texte plus petit Imprimer Ajouter cet article à mes favoris Séparateur Envoyer à un ami
Un accord pourrait être conclu dans la soirée-sources
Les modalités seraient débattues pendant le week-end Les créanciers privés pourraient renoncer à 70% de leurs avoirs-source bancaire

 Il (l'accord) devrait se solder, pour les porteurs d'obligations privés, par une perte de 65% à 70% du montant de leurs créances, via un échange de leurs titres actuels contre de nouvelles obligations à 30 ans
 La Grèce doit aboutir au plus tard lundi si elle veut assurer le versement à temps d'une nouvelle aide internationale lui permettant d'honorer en mars 14,5 milliards d'euros de remboursements 
d'emprunts.
 L'échange d'obligations vise à réduire de 100 milliards le montant de la dette publique grecque, qui dépasse pour l'instant 350 milliards, soit environ 160% du produit intérieur brut. Au total, le second plan d'aide doit permettre à Athènes de ramener son ratio d'endettement à 120% du PIB en 2020.

Mais il implique aussi des mesures d'austérité supplémentaires dans un pays frappé par sa pire crise économique depuis la Seconde Guerre mondiale et qui devrait connaître en 2012 sa cinquième année consécutive de récession.
Le taux de chômage dans le pays dépasse 18%, un niveau sans précédent, et il approche 50% chez les jeunes, ce qui entretient les tensions sociales. Manifestations et grèves ont lieu presque quotidiennement contre la hausse des impôts et des taxes et le gel des salaires. le texte


bon week-end ! et à lundi !
en ce qui concerne les gens surendettés qui obtiennent l'effacement de leurs dettes ce n'est pas sans un coût certain.