lundi 28 novembre 2011

le Climat des affaires terrestres

« Il est maintenant certain que les extrêmes de température augmentent et vont encore augmenter à l'échelle du globe en raison des activités humaines », a expliqué Thomas Stocker, coprésident du Giec, en présentant ce résumé explosif de 22 pages qui épluche plus de 18.000 articles scientifiques. « Avec au moins trois quarts d'informations nouvelles, cette compilation de données confirme les pires scénarios », commente le climatologue Jean Jouzel, membre du Giec.
 « Les phénomènes climatiques extrêmes vont avoir un impact plus grand sur les secteurs liés au climat, comme l'agriculture, la sécurité alimentaire, la forêt et son exploitation, la santé et le tourisme ».
  « Entre 1970 et 2008, plus de 95 % des décès liés aux catastrophes naturelles ont eu lieu dans les pays les plus vulnérables ».
 « Ce rapport ne devrait laisser aucun doute aux gouvernements sur la perspective de dommages considérables portée par le réchauffement climatique à nos économies », souligne Jean Jouzel. A défaut d'initiatives gouvernementales décisives, il faut s'attendre à un doublement des émissions mondiales de gaz à effet de serre pendant les quarante années à venir, selon les analyses de l'OCDE à paraître en mars. Les experts anticipent dans ce cas une hausse moyenne de 3 à 6 degrés de la température du globe d'ici à la fin du siècle, le triple des perspectives funestes imaginées par les chercheurs.
les Echos