mardi 11 octobre 2011

la goutte d'eau d'un robinet à sec !

Crise de la dette : la zone euro va devoir se serrer la ceinture pendant longtemps



Un tiroir caisse
© AFP/Archives  Raigo Pajula
La zone euro pourrait devoir imposer une politique d'austérité sur le long terme, face à l'accroissement de sa dette publique et au vieillissement de sa population, avertit mardi l'Union européenne dans un rapport trimestriel sur les 17 pays de l'Union monétaire.
"Il est clair que pour mettre un frein à l'accroissement de la dette et assurer la soutenabilité des finances publiques, de nombreux pays de la zone euro vont devoir mettre en place des mesures d'austérité permanente, en plus de celles déjà adoptées", indique la Commission européenne dans ce rapport.
"La détérioration des finances publiques de la zone euro depuis le début de la crise financière survient alors que les niveaux de dette publique étaient déjà élevés", rappelle Bruxelles.
A cette toile de fond s'ajoute la question du vieillissement de la population, souligne le document, avant de conclure que "sans nouvelles mesures d'austérité, la dette publique devrait dépasser les 100% du PIB dans les 15 années à venir et continuer à croître".
Bruxelles recommande donc des mesures drastiques afin que l'Union monétaire rende sa dette soutenable.
Cet appel en faveur de plus d'austérité va à l'encontre des recommandations du Fonds monétaire international (FMI) qui, tout en pressant la zone euro de trouver une solution face à la crise, craint qu'elle ne casse sa croissance. D'autant plus que les risques de retour en récession augmentent.
Le FMI a estimé la semaine passée qu'il était "plus que temps" que la zone euro trouve une solution durable à la crise de la dette, face à un risque de récession en 2012.
Pour autant, "vouloir atteindre des cibles chiffrées en matière de déficit ne doit pas se faire au risque d'une contraction à grande échelle de l'activité économique", ajoutait l'institution de Washington dans un rapport rendu public. (boursorama)

et :
ECB president Jean-Claude Trichet said Europe's debt crisis has become "systemic" and moved from smaller economies to some of the larger ones. Meanwhile, European leaders pushed back a debt-crisis summit as opposition mounted to Germany's demand for deeper-than-planned writedowns on Greek bonds. Now here are 10 key dates to watch in the Eurozone debt crisis >
(B.I.) suivre les liens pour infos.
c'est la misère européenne qui va être "systémique" ...:

Grèce : feu vert de la troïka au déblocage de la nouvelle tranche du prêt

Dans un communiqué, cette délégation tripartite (Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) annonce être "parvenue à un accord avec les autorités sur la politique budgétaire et économique requise pour ramener le programme économique sur les rails"..........................
A l'issue d'un audit entamé début septembre, puis suspendu pour contraindre le gouvernement à un sursaut de rigueur face au dérapage budgétaire constaté, la délégation juge "essentiel que les autorités mettent davantage l'accent sur les réformes structurelles" de réduction du secteur public et de libéralisation de l'économie en Grèce.
.............................................;

Mais elle juge que "les mesures additionnelles" annoncées depuis la mi-septembre par le gouvernement, sous la pression de ses créanciers, "devraient être suffisantes" pour redresser la barre en 2012, où le déficit attendu est de 14,9 milliards d'euros.
Elle salue "comme un grand pas en avant" le gel pour deux ans de l'application des conventions collectives aux entreprises, qui ouvre la voie à des réductions de salaires dans les entreprises privées.
Le gouvernement s'est résolu la semaine dernière à cette mesure en dépit d'une levée de boucliers des syndicats et du niveau déjà considéré comme peu élevé par les experts des salaires du privé. Les syndicats ont d'ailleurs appelé à une grève générale le 19 octobre.
Mis sous pression maximale par la troïka, chargée de surveiller la bonne marche du plan de redressement adopté en mai 2010 par la Grèce en échange de son sauvetage financier par l'UE et le FMI, il venait déjà d'annoncer un nouveau tour de vis centré sur la compression du secteur 
 public (coupes salariales et dans les pensions, chômage technique) et l'adoption de nouvelles taxes. total blabla


tout ça pour :
"la tranche de 8 milliards d'euros sera disponible, le plus probablement début novembre".
pour les finances grecques c'est une goutte d'eau dans la mer ou la goutte d'eau qui fait déborder le vase. (qui peut se casser, comme une tirelire, ou la démocratie..) 


à bon entendeur, salut ! (au fait pourquoi personne n'a déjà annoncé la "dégradation de la France" ????)