jeudi 13 octobre 2011

"La “chatte” doit circuler.”

Le dernier scandale signé Silvio Berlusconi est du genre sacrilège. Suffisamment sacrilège pour susciter un large dégoût dans l’opinion italienne restée majoritairement catholique. Après avoir péniblement digéré les révélations successives sur les “bunga-bunga”(1) présidentiels, les histoires de mineures, les “Rubygate” et autres “Papi parties” berlusconiennes (2), cette fois les Italiens disent basta ! Basta au “porno religieux”, selon l’expression du philosophe Paolo Florès d’Arcais, directeur de la revue laïque “MicroMega”. Depuis longtemps, tout le monde sait que, pour satisfaire ses fantasmes sexuels, le président du Conseil adore travestir en infirmières ou policières les escort girls qui participent aux parties fines organisées dans sa luxueuse villa d’Arcore, en Lombardie. Mais en bonnes sœurs… Qui aurait pu imaginer ?.....nous !
complet 

au moins il ne prône pas le retour de l'ordre moral !




Un magistrat italien dénonce le réseau pédo-satanique !
Vidéo offerte par Doot. : MERCI  !