mardi 11 octobre 2011

Jasmin

A Tunis, des islamistes attaquent violemment le film ''Persepolis''

 


Neuf mois après avoir écarté du pouvoir le dirigeant Ben Ali, la Tunisie doit faire face à une poussée islamiste, déchainée contre la diffusion du film de Marjane Satrapi.
les salafistes tunisiens n'ont pas vraiment apprécié ce film où Allah est représenté dans quelques scènes. Des appels à incendier les locaux de la chaîne de télévision et à tuer les journalistes ont été lancés après la diffusion de Persépolis."Après la diffusion de Persepolis, vendredi, il y a eu des appels sur Facebook à brûler Nessma et à tuer les journalistes. source
La colère des islamistes avait d'abord éclaté sur les réseaux sociaux....

fesse book n'est pas donc interdit par le Coran....on regrette...


Tunisie: «Les islamistes ont été mal compris» 

Le parti islamiste tunisien Ennahdha espère bien apposer sa vision du monde dans la future Constitution, entre islamisme économique à la turque et tradition. Le programme que le groupe présente pour les élections du 23 octobre est simple: emprunt, union des pays arabes et diminution du temps de travail hebdomadaire pour les femmes, qui pourraient ainsi «se consacrer à leur famille».
Pas un meeting, pas un rendez-vous sans chant de versets du Coran. La mécanique est rodée, chaque intervenant commence son discours par «au nom de Dieu clément et miséricordieux». Dans les villages, l’accent est mis sur la pêche et le maraîchage, via des propositions inscrites dans le programme, mais aussi sur la revalorisation des bas revenus et les aides aux familles pauvres. «Les islamistes ont toujours été mal compris. On ne veut de l’islam que des choses objectives: la paix, la science. La religion, c’est entre une personne et Dieu».........................................
Ennahdha veut imposer l’Union du maghreb arabe (UMA) face à l’Union pour la méditerranée (UPM): «Un marché maghrébin avec nos frères libyens et égyptiens» et avec un investissement qui participerait à la «croissance du PIB» source

Affrontements interconfessionnels au Caire, agressions islamistes à Tunis

Quand l’intégrisme religieux sape les révolutions arabes

Par : M. A. Boumendil


La situation est tellement grave et confuse en Égypte que, malgré les affirmations de l’autorité militaire qui se veulent rassurantes, le spectre d’une guerre civile et confessionnelle est ouvertement évoqué dans la rue..............
En Tunisie comme en Egypte, les islamiste n’ont contribué ni de près ni de loin à la chute des dictateurs. Dans les deux pays, les formations fondamentalistes sont traversées de courants radicaux et violents et, dans les deux pays, ces formations semblent en pôle position pour remporter les prochaines élections. Que dire alors de la Libye où, avant même la fin de la guerre, des salafistes alliés à Al-Qaïda sont au cœur du pouvoir et de l’armée insurrectionnelle ? Les révolutions arabes, censées apporter démocratie et libertés aux peuples, sont-elles donc condamnées à servir de concierge à l’intégrisme islamiste qui, partout, frappe à la porte du pouvoir ?
M. A. Boumendil  source

Egypte - Démission du ministre des Finances, annonce Al Djazira


Le ministre égyptien des Finances, Hazem el Beblaoui, nommé par le Conseil suprême des forces armées à la suite de manifestations en juillet, a présenté sa démission, a rapporté mardi la chaîne d'information Al Djazira.

Beblaoui négociait avec les pays arabes du Golfe une aide financière pour soutenir le budget de l'Etat égyptien, qui a considérablement augmenté en conséquence des troubles politiques du début de l'année.

Beblaoui n'a pas fait de déclarations pour le moment. La chaîne panarabe n'a pas cité ses sources.

Source - Reuters

 c'est bien ce qui était prévu ?
des dictatures islamistes. CQFD.