lundi 18 juillet 2011

Crise (de Nerfs)

Z.H.

Zone euro : course contre la montre pour un accord sur la dette

Des divergences importantes restent à surmonter en zone euro, notamment entre l'Allemagne et la BCE, pour parvenir à boucler jeudi lors d'un sommet un deuxième plan de sauvetage de la Grèce, indispensable afin d'éviter la contagion de la crise de la dette. 
La chancelière allemande a fait savoir au cours du week-end qu'elle conditionnait sa présence au sommet de jeudi à "un résultat" concret et a rappelé son exigence de voir les banques participer au second plan d'aide pour Athènes, malgré les fortes réticences de la Banque centrale européenne (BCE), sans exclure une restructuration de dette.
La création d'une taxe bancaire a même été évoquée par la presse allemande pour faire participer les établissements de crédit au nouveau plan d'aide.
Campant sur ses positions, le président de la Banque centrale Jean-Claude Trichet a lui rejeté toute idée de défaut --même partiel-- de la Grèce sur ses obligations de remboursement.
Alors que l'Allemagne milite pour que les banques versent leur écot, à n'importe quel prix, la BCE et la France s'y opposent, craignant des conséquences encore plus désastreuses pour la zone euro et son système bancaire.
Un accord sur ce point, incontournable pour stopper le risque de contagion à d'autres pays comme l'Italie, est d'autant plus nécessaire que la publication des résultats des tests de résistance du système bancaire européen, vendredi, n'a pas permis de rassurer pleinement les marchés.

big K.K. et combat des chefs....
AFP le 18/07/2011 à 12:09
After a week of selling, the new week begins the same, especially in Italy, where the FTSE MIB index is off nearly 2%.
Elsewhere in Europe, Spain (remember them?) is off 0.5%, and Germany is off 1%.
The scene in the US similar. Futures are down, though so far indicating declines of less than 1%. The day is obviously quite young.
What's hot?
Gold, which is up to $1599, and silver which is to $49.96. Nice round numbers coming for both.
 

Les taux de créances douteuses des banques espagnoles au plus haut depuis 16 ans 

AFP le 18/07/2011 à 11:52
Les créances douteuses, principalement des crédits immobiliers susceptibles de ne pas être remboursés, s'élevaient à 117,59 milliards d'euros en mai, soit 6,498% du total des créances contre 6,36% en avril et 6,11% en mars. Ce taux, qui n'était que de 4,98% en octobre 2009, s'est fortement détérioré depuis.
Ce chiffre est diffusé trois jours après la publications des résultats des tests bancaires européens: cette année encore, Madrid a concentré la majorité des échecs, avec cinq entités recalées sur un total de huit. Cela s'explique toutefois par le fait que l'Espagne a présenté à ces tests 95% de son secteur bancaire, contre 65% en moyenne dans l'Union européenne.....


c'est le virage....on risque toujours une sortie de route ou un platane !
bon bronzage ! bizous !