mercredi 6 avril 2011

le choix de la france être dans tous les bourbiers ! bravo !

"Même si l'intervention de l'armée française est un succès militaire, le risque politique est important car, comme l'avait dit Nicolas Sarkozy, l'ancienne puissance coloniale est la plus mal placée pour intervenir en Côte d'Ivoire", estime sur Le Post Antoine Glaser, ancien rédacteur en chef de la Lettre du continent et auteur du livre "Comment la France a perdu l'Afrique" (éditions Calmann-Lévy). "Vu l'histoire de la France avec ce pays, même en intervenant avec l'accord de l'ONU, le fait que la force Licorne soit sous le commandement de Paris va être perçu dans le pays comme le retour de l'armée française en Afrique", selon lui.


Le chercheur en convient : aujourd'hui, "la France se retrouve prise au piège tendu par Gbagbo". "Si elle n'était pas intervenue, elle aurait été critiquée pour son attentisme. Aujourd'hui, l'action de la force Licorne peut être perçue comme une intervention post-coloniale et cela va effectivement conforter la thèse de Gbagbo, qui affirme que Ouattara est 'le candidat de l'étranger'".
 (enfonce le clou du matin)
 http://www.lepost.fr/article/2011/04/06/2457566_cote-d-ivoire-la-france-se-retrouve-prise-au-piege-tendu-par-gbagbo.html



et pour finir la conclusion de serge adam au sujet de "l'intervention' de la france en lybie :

Si l’on ajoute à ces différents démentis (de tirs sur les civils) de la version officielle, la honte de voir le ministère français des Affaires étrangères désormais aux mains d’un pseudo philosophe mythomane et menteur – à la grande fureur de Juppé qui n’en démissionne pas pour autant –  
on aura une idée de l’abîme dans lequel sombre une France dirigée par un matamore épileptique au service des États-Unis.