lundi 21 mars 2011

Rare earths: why China is cutting exports crucial to Western technologies

The key to hundreds of modern technologies, from iPhones to smart-bombs, lies in the little-known rare earth metals, 95 per cent of which are mined by China. Its decision to slash exports has left the West scrabbling for alternative supplies 

the telegraph

En raison de leurs usages multiples, souvent dans des domaines de haute technologie revêtant une dimension stratégique, les terres rares font l'objet d'une communication restreinte de la part des États, de sorte que les statistiques macroéconomiques à leur sujet demeurent très lacunaires. Les réserves mondiales en oxydes de terres rares étaient estimées par l'USGS (USA) à 110 millions de tonnes fin 2010[1] détenues à 50 % par la Chine, devant la Communauté des États indépendants (17 %), les États-Unis (12 %) et l'Inde (2,8 %). La Chine estime quand à elle détenir seulement 30 % des réserves mondiales de terres rares, bien qu'elle fournisse 90 % des besoins de l'industrie et se penche sur les techniques de recyclage de ces terre rares dans les déchets électroniques[2]. La production mondiale d'oxydes de terres rares de la Chine s'est élevée à environ 130 000 tonnes en 2010, constituant un quasi monopole mondial (l'Inde, deuxième producteur « déclaré », n'en aurait extrait que 2 700 tonnes), mais la production de la CEI, des États-Unis et de la plupart des autres producteurs mineurs (qui cumuleraient tout de même un cinquième des réserves mondiales) n'est pas communiquée[1]. wikipedia
 un tout début d'"analyse" de la position chinoise :

La production annuelle de terres rares est d'environ 125.000 tonnes par an, à 97% chinoise. Ce contrôle monopolistique de la production est en grande partie due à la présence du gisement géant de Baiyan Obo, situé près de la ville de Baotou au nord du pays, en Mongolie intérieure.

La restriction des exportations a plusieurs explications. L'objectif serait d'abord de regrouper les producteurs pour mieux contrôler les rejets, ce qui devrait conduire à la fermeture de petits producteurs les plus polluants et réduire la production, ensuite de se réserver la production pour faire face à la croissance de sa propre demande domestique, et enfin d'inciter les industries des pays développés à élaborer en Chine leurs produits manufacturés à base de terres rares.

la chine lutterait contre son chômage, et ..