vendredi 19 juin 2020

La formation en cours du quart monde de souche.


(Québec. Napoléon Bourassa. Circa 1850).


Île de F. :

La situation pourrait s’aggraver cet été. « Il va y avoir des problèmes de présence d’acteurs humanitaires qui seront en nombre réduits en juillet et août. 

L’ouverture des frontières va provoquer une nouvelle vague d’immigration et, en plus, on voit arriver une population française nouvellement précaire ».

 Le Parisien

Bordeaux :

Plusieurs milliers de migrants vivent dans des squats ou des bidonvilles de la métropole bordelaise avec un accès restreint à l'eau malgré la crise sanitaire. Une situation qui inquiète d'autant plus les exilés et militants que de nouvelles arrivées se profilent avec la réouverture des frontières européennes. 
Source

———comme pour la « guerre raciale », façon Helter-Skelter,  je ne vais pas vous dire « j’avais raison ». Mais franchement je suis tentée. 

L’arrivée des migrants en grand nombre, j’en suis témoin ces dernières semaines. Dès le 11/05.
Si vous ne les voyez pas encore par chez vous c’est qu’ils n’ont pas été déjà transférés vers des cieux plus cléments. Ici c’est la rue, les tentes, les squats des jardins publics et des jardinets des HLM périphériques. 

Et c’est logique. Rien d’autre ne leur est proposé. Le gars arrive, on lui tamponne son papier après qu’il ait fait la queue pendant des heures et il repart comme il était venu. Une main derrière, une main devant, il va refaire la queue pour se nourrir. Et ainsi de suite. 

Ce n’est pas aux migrants qu’il faut en vouloir. La nuit, il y a du crack et de la prostitution pour passer le temps et peu à peu les gens s’organisent entre trafic et travail dissimulé. 

La vie des migrants, quoique vous puissiez en penser est extrêmement difficile. 

Ce qui m’alerte aujourd’hui c’est :

1) la formation d’un quart monde blanc à l’intérieur de ces îlots de misère. Le vivre ensemble enfin réussi ? Rien n’est moins sûr.

2) la descente aux enfers des villes telle Bordeaux. Un TGV ? Un petit bassin d’emploi ? un centre-ville, une grande banlieue ? C’est l’assurance de formation de bidon-villes. 

Toutes les villes de Normandie desservies par un train direct Paris en sont là depuis fort longtemps. 

Certaines villes de Bretagne aussi, autour des gares. Nantes et sa douceur de vivre ont disparu. Les villes de la vallée du Rhône. Etc...J’irais bien refaire un tour dans la ville du Mans, juste pour voir.

*****1) le vivre ensemble dans la pauvreté et en partageant des campements de fortune ? 

Le quart monde blanc/dsouche, avec la crise économique peut représenter jusqu’à 3/5% de la population f.

C’est énorme en termes de capacité de nuisance.

Nuisance à tous points de vue. Aux USA, c’est environ ce que le 1/4 monde blanc représente. 

Je vais reprendre les mots de Taubira qui parlait de ses « frères dont il fallait se méfier ».

Et je vais vous dire : « mes frères, ces gens de souche sont capables de tout. Méfiez-vous en ! ».

Ni Dieu, ni Maître, un QI proche de zéro, aucune limite, les bas-fonds en toutes matières.

———-

Les Bas-fonds. 1936. De Jean Renoir d’après M. Gorki.

La misère c’est la misère, russe ou française ou congolaise ou chinoise ou...etc...

Par contre, les époques ne sont pas comparables.

1936, c’est encore et surtout l’espoir. 2020, le mur de la réalité.



(Aparté : la mafia russe n’est implantée qu’à Paris ? Les russes mafieux sont cruels, ils tuent et volent sans pitié. Ils nettoient leurs zones d’influence avec application et sans états d’âme. Ils organisent des octroies. Ils n’ont pas réagi aux affrontements tchétchènes /maghrébins ? 
« On ne nous dirait pas tout ? »)