samedi 20 juin 2020

"Chroniques Insulaires". 2030.

Merci Géocédille ! (Ici)




Première partie.

"La caravelle"

Lundi 1er juillet 2030

L'ile commence à se préparer pour la saison estivale. Au port, la caravelle a multiplié ses trajets avec le continent pour répondre à la demande des estivants. Il y a désormais deux liaisons par semaine quand les vents sont favorables.

J'attends mon ami Thémistocles qui viens d'Athènes assis dans l'ancien terminal des ferries.
Ca me rappelle le temps ou les touristes descendaient en nombre des Superferry, BlueStar et l'autre compagnie, comment s'appelait-elle déjà ? Fastferry ? Ca fait seulement 5 ans qu'elles ont fait faillite mais ça semble déjà faire partie d'un passé lointain.
Plus qu'un passé, une autre ère. Le temps est une chose étrange. Parfois il se condense et en un battement de cil, le monde que vous connaissez a disparu puis ensuite il se dilate. Tout devient d'une lenteur que n'en finit jamais.
Tenez, prenez par exemple, le Théotokos. C'est le nom de la caravelle. On attendait Théotokos pour mardi, mais voilà, le gros temps s'est levé et il y a eu de la houle toute la semaine. Ce matin le meltème s'est calmé et on attendait le Théotokos pour le soir mais Andréas l'a vu tirer des bords au large du cap Saint-Nicolas et la nouvelle de son arrivée imminente s'est répandue comme une trainée de poudre dans le port.

C'est que qu'après plusieurs jours d'isolement, son arrivée est attendue par tous. La frêle caravelle n'assure pas la liaison avec la régularité des anciens ferries qui sortaient avec des vents de 7 à 8 beauforts.

Thémistocles m'a appelé pour me dire qu'il avait trouvé les panneaux solaires que je lui ai demandé de me ramener du continent. Et ça c'est une sacrément bonne nouvelle.
La tempête m'en a cassé deux ce printemps. Il faut dire, les tempêtes, c'est devenu monnaie courante surtout l'hiver et en conséquence les périodes d'isolement se multiplient.
L'île a dut s'adapter produire presque tout sur place. Presque tout, des panneaux solaires, on n'en trouve plus depuis belle lurette. Pas seulement ici. Nulle part depuis que la révolution des cercueils a secoué la Chine et que Fong Leu le nouvel empereur chinois a fermé les frontières.

C'est incroyable comment l'effondrement de la Chine a changé la face du monde. Tout venait de là-bas. La vitesse à laquelle le parti communiste chinois a perdu le contrôle du pays a pris le monde de cours.
Les dirigeants sont tous morts lors de la grande épidémie de Pékin et le chaos s'est généralisé. Quand la famine s'est abattue sur la capitale, ça s'est vite transformé en massacre généralisé et en affrontements entre factions de l'ex-armée rouge. Fong Leu s'est imposé car il avait le contrôle du stock de pétrole de l'armée. Quand il est entré dans la cité interdite, elle avait été transformée en lieu de stockage pour les cercueils destinés aux morts de l'épidémie. Les cercueils n'ont jamais servi. Trop de morts, pas assez de vivants pour s'en occuper. Les Chinois ont fait des fosses communes, des buchers géant, sur internet on a vu les fleuves charrier des milliers de corps.

La disparition de l'usine du monde a mis deux mois à se faire sentir dans le reste des pays. Les super cargos chargés des conteneurs expédiés avant le chaos chinois continuaient d'arriver dans les ports occidentaux et déchargeaient les produits fabriqués par des usines qui n'existaient plus.
La société de consommation s'est jetée sur ces derniers iPhones avec la délectation d'une ultime orgie romaine avant que les barbares n'entrent dans la cité.

Puis ce fut le grand calme.

A suivre...



(Enfin, si le dernier operateur 4G du coin n'éteint pas son pylône.
Vodaphone et Wind c'est fini. Ils ont éteint leurs relais GSM. Pas rentable. 
Il reste Cosmote. Ils ont une obligation de service public, mais la puissance est faiblarde.)

———- Déjà à Atlanta, il y a dix ans, la foule exprimait ses frustrations en zones urbaines :


Spéciale dédicace à la jeune fille qui, une balle dans la cuisse, téléphone sereinement aux secours.