mercredi 6 mai 2020

Stress Hydrique planétaire.


Ces dernières années, de nombreuses villes africaines ont dû prendre des mesures drastiques pour éviter des pénuries d’eau potable.
...en Afrique subsaharienne, près de 63 % des populations urbaines, principaux foyers de la maladie, ont du mal à accéder aux services élémentaires d’alimentation en eau et ne peuvent pas se laver les mains . On estime que 70 à 80 % des maladies sur le continent sont dues à la mauvaise qualité de l'eau et à l’absence d’installations d’assainissement adéquates, comme la dysenterie et le choléra, qui sont parmi les principales causes de mortalité infantile.


Dans les prochaines années, une centaine d’immenses mégapoles actuelles, comme Lagos au Nigéria qui compte 23 millions d'habitants ou Kinshasa en République démocratique du Congo et ses 12 millions d’habitants, doubleront leurs populations. 

Solution ? Le savon sans eau. Distributeur lambda : 

Il s’agit là de l’Afrique, je ne vois pas pourquoi il n’est pas question du MO et de l’Est Sud Asiatique.

C’est mystérieux, pour moi, ce focus sur l’Afrique, alors que d’immenses zones géographiques surpeuplées sont en stress hydrique profond depuis plus de 10 ans...

Pourquoi la banque mondiale fixe-t-elle son attention sur un seul continent ? 

Pourquoi ? 

L'Indonésie, la Malaisie, l’Inde, l’Iran, l’Irak, l’A. Saoudite, les pays du golfe, la Syrie...etc... ne sont-ils pas dignes de l’attention de notre banque humanitaire ?