samedi 30 mai 2020

L’idéologie du bonheur gratuit.



Nous disposons d’un point de départ très assuré : le capitalisme détruit les hommes, et il détruit la planète.
Nous en tirons immédiatement les impératifs directeurs d’une autre organisation sociale : 

1) dans le processus nécessairement collectif de la reproduction matérielle, les individus sont convoqués en égaux  : ils n’ont pas à être soumis à des rapports de subordination hiérarchique qui les maltraitent 

2) une organisation sociale digne de ce nom se donne pour devoir de relever chacun de l’inquiétude de subsistance et de lui garantir la plus grande tranquillité matérielle sur toute la vie 

3) la production globale est décrétée a priori ennemie de la nature, l’activité économique doit tendre à sa propre minimisationrelative. Source et davantage de bonheur.

———

Ben voyons ! C’est super l’idéologie de l’égalité ! Si la valeur ajoutée n’est plus une variable, quelle nécessité ou simple besoin trivial y aurait-il à s’enquiquiner ? 

C’est super de dire que la production globale est notre ennemie vitale, c’est vrai. Mais, du coup, on fait comment pour nourrir 8 milliards d’humains sans compter les animaux ? 


Tout ça c’est bien gentil mais à l’échelle du monde, inapplicable. 


La transition économique en cours, dont le fer de lance restent les directives de l’Agenda 21, ne va pas être une partie de rigolade ! 


Koike, je me marre aussi quand on m’explique que le niveau de vie de chacun devra baisser drastiquement pour le bien commun...


Tellement adapté à la nature humaine 😂 ! 





La saison des cerises... un appel à une jacquerie ? Le temps des cerises....